image
image
image

Votre IP : 18.210.23.15
Dernier ajout : 16 décembre
Visiteurs connectés : 7

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Au mouillage -forum- > Mouillages en Italie

Rubrique : Au mouillage -forum-

__________________________________________________________________________________________________________________

Mouillages en ItalieVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié 7 août, (màj 7 août) par : Ido   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Bonjour.

Je prépare une balade en Italie, disons entre la frontière française et le golfe de Naples, et je m’interesse aux possibilités de mouillages forains.
Et là, la doc me laisse perplexe (y compris celle de ce forum).

D’abord, cela a l’air complexe. Entre les réglementations variables et le AMP on se demande s’il reste des possibilités d’échapper au port, très cher en cette saison.
Par ailleurs les sites internet sont contradictoires : Pagine Azzure est très detaillé et laisse à penser que rien n’est vraiment permis sauf pour des résidents ayant un bateau écologique, alors que Tutto Barche donne une liste assez founie de mouillages « in rada », sans mentionner d’interdictions.
Alors je ne sais plus quoi penser.

Quelqu’un ayant une expérience récente peut-il donner des conseils ?

D’avance merci.

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

10 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 7 août 19:07, par yoruk écrire     UP Animateur

    Bonjour
    Sur la Sicile, et la partie ionienne de la péninsule, nous avons travaillé de façon détaillée Probablement ce qui se fait de mieux aujourd’hui. Je suis passés trois fois, sur la partie tyrrhénienne dont vous parlez, mais c’est ancien. Ce qui est sûr aujourd’hui :

    • Les italiens ont des réflexes de terriens. Pour eux, le danger vient de a mer, et toutes les réglementations vont dans le sens de la défense des terriens
    • Les réglementations sont complexes, et souvent générées par des administrations locales.
    • Aucune centralisation de ces règlementations, et aucune publicité des mises à jours
    • Les applications peuvent varier en fonction de l’humeur des capitaineries locales.

    A titre d’exemple, j’ai ami un ami qui vient de prendre une contravention pour avoir mouillé à l’abri du cap Milazzo. Or c’est une zone déclarée protégée depuis le mois de mai de cette année. Les cartes Navionnics à jour en avril, n’en parle pas !!!! Pagine Azzurre non plus !!!

    Alors, je ne veux pas vous casser la baraque, et pour cause, je me plais bien en Italie !!! Mais, il y a une série de précautions à prendre

    • Annoncez vous toujours à la VHF si vous entrez dans un port. Annoncez vous aussi si vous mouillez en proximité d’un port
    • Demandez à votre assureur une attestation d’assurance internationale en italien (ils savent faire çà)
    • Si vous avez un moteur d’annexe, faites noter le type, la marque et son numéro sur l’attestation d’assurance
    • Pensez qu’en Italie, théoriquement, vous n’avez pas le droit d’accoster une côte avec une annexe motorisée. Et même, dans certains cas, interdiction totale d’accoster hors des chenaux réservés. Chenaux établis par une administration locale, dont on ne trouve aucune publicité. Il y a eu des cas célèbres en Sardaigne
    • Interdiction formelle de mouiller à moins de 300 m d’une plage ou 200 mètres d’une côte rocheuse
    • etc, etc … En fait, vous êtes dans un pays ayant une autre culture maritime Pour les italiens, « la barca » c’est pour la promenade, voire la « regatta », et le soir tout le monde rentre au bercail : le port ou la marina. Une marina est un lieu ou l’on trouve deux parking : un pour la voiture, et l’autre pour la barca.

    Quand on a compris ça, on tire des bord, on interroge les locaux, on demande la permission aux administrations, et… généralement ça se passe bien.

    Concernant les guides nautiques…

    • Pagine Azzurre, le meilleur, même s’il donne peu de renseignements pour les bateaux de passage (encore une fois, ce n’est pas leur culture)
    • Perso, j’aime bien ce que font les américains de « cruiserswiki », malheureusement incomplets. http://www.cruiserswiki.org/wiki/Italy
    • Vous pouvez aussi croiser des commérages trouvés sur STW, Sea Seek, Navily, voire les commentaires des abonnés Navionics… Ce qui affinera vos critiques
    • Il ne faut pas oublier l’excellent « Rod Heckel » malheureusement pas toujours à jour, mais, très fiable quand c’est le cas

    Voilà le peu que je sache, et en tenant compte que mes critiques ne sont que des réactions pour un pays que j’aime. Si vous tentez l’aventure, je me tiens à votre disposition pour éditer quelques pages de vos mouillages. Il suffit d’un texte et de quelques photos, dans le style de notre dernière édition (pas obligé de faire aussi complexe) : http://www.plaisance-pratique.com/L...
    Cordialement, Michel

    Répondre à ce message

    • 7 août 21:35, par Ido écrire     UP     Ce message répond à ...

      Merci pour toutes ces informations. Pas très encourageantes cependant.
      Je vais poursuivre ma recherche sur les sites que vous citez.
      Je ne manquerai pas de vous envoyer un message si je « tente l’aventure »

      Répondre à ce message

      • 7 août 21:38, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        Pas très encourageantes cependant

        Je ne voudrais pas être l’auteur d’un « découragement » !!! En fait, il faut y aller, mais comme souvent, mieux avoir été prévenu...
        Bonn nav...
        Michel

        Répondre à ce message

      • 8 août 07:29, par lysigee écrire     UP     Ce message répond à ...  image Animateur

        Il faut y aller !
        pour les AMP, ici la liste officielle, mais il en manque
        https://www.minambiente.it/pagina/a...
        Mais on peut les trouver par une recherche google "Area Marina Protetta + nom de la région, ou de la commune
        ou "riserva naturale + nom de la région
        Mais on peut se faire avoir, c’est ce qui m’est arrivé en Juillet au nord Sicile avec l’AMP , avec la Riserva naturale de Milazzo, où les zones A , B, et C ont été changés en Novembre. J’ai eu un PV mais je pense que il ne s’en suivra rien, car le décret officiel n’a pas été changé.
        POur les Iles Egades, j’y était 3 jours en Juillet, il y a des bouées, en grand nombre, mais personne pour encaisser (un salaire ne couvre pas le revenu)
        par contre en Calabre, le parc du cap Rizzuto est bien géré, il faut faire une demande d’autorisation sur internet, et payer par CB ou paypal (16 euros pour un 12m). Par contre il n’y a que 3 bouée, une du coté Ouest, , deux du coté Est !!
        Robert
        sur Lysigée
        En route pour Brindisi

        Répondre à ce message

        • 8 août 12:56, par Pioupiou écrire     UP     Ce message répond à ...  image

          Aux Egadi comme Robert le dit c’est maintenant sur bouée , il est possible de mouiller en dehors mais vous payerez car c’est une “réserve “ . Septembre 2018 , Sud de Favignana au mouillage arrivé vers 18 h et payé 35 € ( 1 jour) . Il y a un forfait hebdomadaire , valable pour les 3 îles .
          Si vous êtes Sicilianophile , je vous invite vraiment à visionner le film “la Picciridda” , film de 2019 , qui se déroule à Favignana et qui est une très belle fresque de la vie Sicilienne sur les Egadi vers 1960 ...
          Michel a fait une très bonne synthèse pour une approche “Nautique “ de l’Italie , ne pas oublier qu’il y a plusieurs Italie et que dans ces différentes aires il y a encore d’autres particularités ...l’Italie est un voyage, parfois un “poème “ !
          François en Sicile .

          Répondre à ce message

  • 7 août 22:26, par pacolarame écrire     UP Animateur

    Bonsoir, de Arbatax, Sardaigne.

    Je viens de passer un mois en Sicile et Sardaigne et ai déjà bien fréquenté les côtes italiennes, dans le passé.

    Aller en bateau dans ce pays, n’est vraiment pas une aventure , mais l’occasion de belles navigations et belles rencontres. Apprenez quelques mots d’italien , y compris avec un grand sourire « bon giorno » et « scusi, no parla italiano », et vous aurez déjà ouvert la communication.
    Habitant dans le Var , j’apprécie que l’on me dise « bonjour » en français , après on peut passer gentiment à l’anglais ou autre.

    De fait, effectivement, la culture maritime, souvent très motorisée, n’est souvent pas tout à fait la nôtre.

    Je crois avoir compris quelques règles :

    1-d’abord la protection des plages : PAS de mouillage à moins de 300 mètres de la plage. Cette règle parait sévérement appliquée les jours de beau temps. 200 metres d’une cote rocheuse. Et pas d’annexe motorisée à la plage.

    2-des réglementations locales avec deux cas principaux

    =Les ports : il convient en effet de se signaler en arrivant. Pour ma part, j’envoie à l’avance un message type aux gardes cotes ( adresses : https://www.pagineazzurre.com/ordin...) , quelques heures à l’avance, facile avec le 4G très efficace . Je n’ai jamais eu de réponse. Au passage de la jetée, j’e demande un contact VHF la plupart du temps sans réponse.

    =Les Aires Marines Protégées AMP :: leur nombre et leur surface s’étendent et c’est tant mieux, Vu la dépopulation terrible des fonds marins italiens. Il existe un système de zones dites ABCD . Se dire que le système autorisant le mouillage (incluant les bouées ) devient payant. En échange , les bouées sont entretenues ( très bien , pour ce que j’ai pu voir- Madalenna et Egaedes ). Les tarifs paraissent très dégressifs en fonction du nombre de jours. Le reglement se fait par internet ( Visa, paypal) et donne iieu à un reçu .pdf.
    J’ai pu voir début juillet, le soir aux Egaedes, la vedette des Guardia de Finanza faire le tour du mouillage et quelques rares arrêts manifestement ciblés.

    Moyennant ceci, je n’ai toujours eu que du plaisir à naviguer et mouiller en Italie , y compris les iles .

    De plus d’expérience, notamment à la Maddalena ou en Sicile, j’ai eu l’impression d’une grande souplesse des autorités, les jours de mauvais temps.

    Les guides ne sont pas à jour. Pagine azzura donne les adresses des administrations. Les AMP ont habituellement un site internet avec une cartographie ABCD , les reglementations locales , les tarifs et un espace de réglement. C’est la cas pour les Egades -2019 et la Maddalena.2018.

    Vous parlez de Naples. Y aller en bateau est une belle expérience, mais mériterait un développement , à soi tout seul.

    Francois.

    Répondre à ce message

  • 8 août 08:32, par Ido écrire     UP

    Grand merci pour tous ces conseils et ces informations dont je vais faire mon miel.
    Je révise mon italien, maritime en particulier...
    Et nous partirons, si Eole le permet...
    Ciao. A presto...

    Répondre à ce message

  • 10 août 10:12, par lysigee écrire     UP  image Animateur

    Suite à un récent épisode à Monopoli (Pouilles) et à un échange cordial avec la Guardia Costiera, je peux clarifier la question sur l’appel avant de rentrer dans un port en Italie. Cette règle (internationale) a été renforcée par une « ordinanza » datant de quelques années, et que les Gardes Cotes locaux appliquent plus ou moins strictement. Mais le manquement à cette règle peut donner lieu à une amende entre 400 et 1000 euros.
    Cet appel est obligatoire quand on rentre dans un port qui n’a pas seulement une activité de plaisance, mais aussi et surtout une activité commerciale.
    C’est le cas des grands ports La Spezia, Livourne, Naples, Palerme, Ancone, Trieste, Venise, Brindisi.
    Mais aussi d’autres plus petits, Syracuse (qui est un port accueillant de gros paquebots), Otranto, Monopoli, Trapani, Bari (mais pas nécessaire dans le Porto Vecchio).
    Cette règle a été renforcée suite aux récents événements pour Lampedusa et Pantelleria.
    En résumé, appeler toujours même si personne ne répond.
    La procédure de Pacolarame, envoyant un mail, ne nuit pas, mais mes interlocuteurs m’ont dit que ces mails n’étaient pas traités en temps réel (ils sont généralement envoyés par les gros navires et plusieurs jours à l’avance) par le service de contrôle du port. elle ne peut servir qu’à diminuer le montant de l’amende en cas de PV.
    Sur leurs conseils, ne payer rien tout de suite, même si en payant de suite on peut avoir 10% de réduction. Attendez de recevoir le PV en France, retardez votre réponse ne contestant les faits : « j »ai appelé, mais personne n’a répondu« (délicat, ils tracent les appels), ou »ma VHF est en panne", et comme il n’y a pas de fichier central informatisé, personne ne vous embêtera quand vous retournerez en Italie.
    L’appel n’est pas obligatoire pour rentrer dans une Marina, mais ne soyons pas hypocrites, nous le faisons tous pour demander une place :-))

    Répondre à ce message

    • 10 août 10:56, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Merci Robert
      Concret et précis (comme quoi l’expérience et savoir parler italien, peut servir)
      Juste une précision : Pagine Azzurre généralement concret, sur le sujet annonce quelque fois deux canaux :

      • le 16 systématiquement
      • et un autre canal (le 22 pour Monopoli, le 12 pour Catane, le 9 pour Syracuse, pour quelques exemples). Bizarrement Bari Porto Nuovo, ou Riposto, ne peuvent être appelés que sur le 16…

      A Catane, les pêcheurs s’annoncent systématiquement sur le 12.
      Michel

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales