image
image
image

Votre IP : 3.215.182.36
Dernier ajout : 11 décembre
Visiteurs connectés : 10

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Grand Voyage > Médecine en voyage > L’assistance médicale en haute mer.

Rubrique : Médecine en voyage

__________________________________________________________________________________________________________________

L’assistance médicale en haute mer.Version imprimable de cet article Version imprimable

Publié Février 2012, (màj Février 2012) par : Sergio   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

- 
Le but de cet article est de rappeler quels sont les moyens dont disposent les navigateurs pour obtenir une assistance médicale lorsqu’ils sont en croisière hauturière.
- 
- 
En navigation côtière, le skipper peut toujours se rendre dans un centre de soin. En cas d’urgence, il peut demander une évacuation sanitaire. En haute mer, ou dans les pays pauvres en structures médicales et dépourvus de moyens d’intervention, il n’en va évidemment pas de même.

La probabilité de se blesser ou de tomber malade loin de tout n’est pas nulle. C’est bien la responsabilité du skipper de se préparer à cette éventualité.
- 
- 
Attention : Avant le départ, le skipper devra impérativement s’assurer de la validité des informations données ci-dessous en demandant les dernières mises à jour aux services concernés (En particulier les listes de médicaments, les numéros de téléphone et les adresses électroniques)
- 

Le Centre de Consultation Médical Maritime (CCMM).

http://www.chu-toulouse.fr/-centre-...

Cet organisme dépend du SAMU 31 de Toulouse. Sa mission est d’assurer une assistance médicale aux navires en mer, 24 heures/24 et 7 jours/7. Ses services sont gratuits. Le navigateur en difficulté peut donc à tout moment bénéficier de l’assistance d’un médecin urgentiste rompu à la consultation à distance.

Afin que les consultations soient le plus efficaces possible, le CCMM recommande aux navigateurs de leur remettre un dossier qui sera consultable par le médecin qui prendra l’appel. Cela n’est pas indispensable mais pourra améliorer l’efficacité de la consultation, surtout pour les voyageurs souffrant d’affections particulières.

Le dossier se compose des pièces suivantes :

  • Le nom et type dubateau.
  • La composition de l’équipage.
  • Les moyens de communication.
  • Le périple.
  • Les dates de départ et de retour.
  • La pharmacie embarquée.
  • Les fiches médicales disponibles ici : http://www.chu-toulouse.fr/-centre-...

Ce dossier est à constituer avec le secrétariat du CCMM à l’adresse suivante : ccmm.secretariat@chu-toulouse.fr
Téléphone : +33 5 67 69 16.78.
Je souligne l’extrême amabilité du personnel qui est à l’écoute à ce secrétariat.

- 
Informations fournies par le CCMM à l’usage des navigateurs :

Formations de « Medecine en situation d’isolement » (MSI)

http://medidistance.com/10.html

Ces formations sont obligatoires pour les coureurs au large. Nous l’avions suivie et trouvée très intéressante. Mais il faut bien dire que l’on oublie vite si l’on ne pratique pas.

Le CROSS Gris Nez et l’assistance en mer :

Le CROSS Gris Nez n’a pas pour mission l’assistance médicale, mais c’est lui qui coordonne les secours à l’international. Cela ne vous dispense évidemment pas d’appeler les moyens locaux.

En cas de blessure grave ou problème de santé présentant un caractère d’urgence, c’est le CROSS Gris Nez qui sera le plus à même d’alerter les stations côtières de la zone où vous vous trouvez, de dérouter un cargo pour vous porter assistance etc...

Vous pouvez contacter le CROSS Gris Nez avant les grandes traversée et leur envoyer un mail donnant le nom du bateau, de l’équipage, la navigation prévue, et les dates de départ et d’arrivée estimée. Ainsi, en cas de problème, ils sauront que vous êtes bien sur zone, en cas de déclenchement de la balise, ils sauront que ce n’est pas une fausse alerte.

Le CROSS Gris Nez recommande de vous équiper d’une balise de détresse EPIRB (Emergency Position Indicating Radio Beacon) homologuée par COSPAS SARSAT. http://www.cospas-sarsat.org/fr.

Vous pouvez contacter le CROSS Gris Nez au 03 21 87 21 87 ou par mail : gris-nez@mrccfr.eu.

Comme pour le CCMM, je souligne le professionnalisme et la courtoisie du personnel du CROSS.

CCMM et CROSS, beaux exemples de Services Publiques.

Sergio
http://sergeetdomi.blog4ever.com/bl...

Il y a 4 documents disponibles.


1  
29.5 ko  
Info_-_plaisancier_1_.doc
2  
130.5 ko  
Dot-_A_recommandee_D-224_1_.doc
3  
90 ko  
Dot-_B_recommandee_D-224.doc
4  
82.5 ko  
Modalites_CCMM_1_.doc
UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

3 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 5 février 2012 18:13, par yvesD écrire     UP Animateur

    Sergio, ta parole est d’or.

    J’ai pratiqué une fois (stage de CQ) une vacation radio avec le CCMM (ces gens là sont parfait), la vacation se faisant comme en vrai sous l’oeil attentif et muet d’un urgentiste qui tenait le rôle du blessé, en VHF avec avec le CROSS (parfait comme d’hab) qui de son coté avait établi une liaison téléphonique avec l’hopital Purpan-CCMM et relayait
    Le résultat a été déroutant.
    La communication VHF+téléphone se fait à l’alternat : la bateau cause et sur le « à vous purpan » (qu’on oubliait 3 fois sur 4) le CROSS basculait en émission pour laisser CCMM causer et sur le « à vous xxx » (que Purpan-CCMM oubliait 3 fois sur 4) le CROSS basculait en réception pour laisser le bateau xxx causer.
    En pratique le cross alternait au grè du contexte, de son mieux, de manière peu pratique (mais faire autrement ?) chaque conversation était significativement tronquée vers la fin, ce qui rendait la chose dure et l’intelligibilité hasardeuse.

    De plus ce c....n de blessé était incapable de s’approcher de la VHF du bord (au pied du mat, réputé être tombé, sans doute avec une fracture), du coup on avait du ajouter un intermédiaire-relay entre l’observateur du blessé et notre « opérateur » radio.
    Et en plus parler de manière utile avec un blessé, ça aussi ça ne s’apprend pas

    Déroutant, donc, ça aurait certainement été plus facile sur le papier.
    A la suite de ça j’avais pris la bonne résolution d’aller suivre une formation à la croix rouge.

    Une question concernant les EPIRB : le message qu’elles envoient reste-t-il général (== balise déclenchée, devinez pourquoi) ou peut-il enfin - depuis le temps qu’on en parle- être qualifié (ex : nous abandonnons le navire, autre MAYDAY, en panne, urgence médicale, autre ...)

    Ah que ce service public est beau.

    Répondre à ce message

    • Non, sauf erreur de ma part, l’EPIRB envoie un signal de détresse qui n’est pas interprétable. Ce n’est qu’un moyen de localisation. Son complément, pour ceux qui en ont les moyens, est bien sûr le téléphone satellite.

      Répondre à ce message

    • Merci pour cet utile rappel sur l’assistance en haute mer.
      Pour se préparer aux mauvais moments et les affronter un peu plus sereinement, je recommande à tous d’aller suivre un stage de secourisme. Le nom officiel est « Prévention et secours civiques de niveau 1 ».
      Ces stages sont organisés partout en France dans les antennes de la Croix-Rouge française. Dans la plupart des antennes, le stage dure un week-end, 2 jours de 9h30 à 17h. Il faut s’inscrire environ 3 à 4 semaines à l’avance, on demande un dossier par mail, on le reçoit par la poste et on le retourne avec une fiche de renseignements et 60 euros (coût du stage).

      On y acquiert quelques « réflexes » de base pour réagir devant une blessure, fracture, hémorragie, arrêt cardiaque, etc.
      Vous trouverez les coordonnées de l’antenne Croix-Rouge la plus proche ici sur leur site web.
      Après expérience, je trouve que c’est un week-end très bien employé !

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales