image
image
image

Votre IP : 35.175.248.25
Dernier ajout : 22 mai
Visiteurs connectés : 19

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Au mouillage -forum- > Guindeau en panne

Rubrique : Au mouillage -forum-

__________________________________________________________________________________________________________________

Guindeau en panneVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Août 2015, (màj Août 2015) par : Patrick Coutin  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Bonjour, mon guindeau electrique ne fonctionne plus. Il y a de la batterie, lorsque j’appuie sur l’un des boutons, j’entends un petit « clac » mais pas de fonctionnement... Ou dois je chercher à votre avis ?

merci.
Pc

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

27 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 10 août 2015 19:43, par yoruk écrire     UP Animateur

    Bonnsoir

    Si «  Clac y a  » alors c’est que le relais fonctionne... Çà c’est une bonne nouvelle

    Maintenant l faudrait savoir de quelle nature de marque est ton guindeau... merci d’avance

    Michel

    Répondre à ce message

  • 2 septembre 2015 08:24, par Nevermind écrire     UP Animateur

    Bonjour,
    D’accord avec Michel.
    une solution pas chère : tu démontes le relais et tu nettoies les contacts, celui de la montée doit être charbonné, il est plus sollicité.
    Un peu de joint pour le rendre étanche au remontage.
    Ensuite tu inverses les câbles montée descente au branchement du relais et c’est reparti pour un tour !!!

    Jean Paul

    Répondre à ce message

    • 2 septembre 2015 10:39, par Patrick Coutin écrire     UP     Ce message répond à ...  image

      Merci, j’ai demontė et nettoyė les relais sans effet notable. Finalement, nous avons soupconnė la batterie qui donnait 13v, et plus moteur allumė. Donc nouvelle batterie et c’est remis à fonctionner. Il semblerait qu’une batterie puisse se charger, donner du voltage au voltmètre et être rincée...
      PC

      Répondre à ce message

      • Effectivement, la tension de repos d’une batterie n’est pas une indication fiable de sa capacité à fournir du courant. En général, toute les batteries indiqueront 12,8V au repos et même 13,2 (par ex.) pendant les heures qui suivent sa dernière charge.
        La valeur de la tension lors d’une décharge calibrée (par ex la capactité nominale divisée par 20, 5A pour une batterie de 100 Ah, désigné par C20) est une bien meilleure indication, et en plus ça reflète ce dont on disposera dans la vraie vie.

        Dans le document joint les 2ème et le 3ème graphique donnent, au cours d’une décharge à C20, la tension (et aussi l’état de charge) qu’on devrait trouver pour une batterie Plomb-Acide en bon état.

        PTP regorge d’information à ce sujet.

        Répondre à ce message

        • Le mode de défaillance indiqué : tension apparemment correcte et capacité de débit faible ou nulle, est courant, notamment sur les batteries de démarrage qui doivent fournir un fort courant : c’est le résultat d’une résistance interne devenue trop élevée.

          Le contrôleur de batterie utilisé couramment fait la mesure de tension en faisant débiter une intensité élevée (souvent 100 A en automobile) dans une résistance de puissance, avec le type de contrôleur illustré (high-tech à gauche, vintage à droite)...

          JPEG

          Répondre à ce message

  • 2 septembre 2015 12:03, par Patrick Coutin écrire     UP  image

    Franchement, l’électricité reste un des domaines les plus durs à comprendre lorsqu’on a mal demarė. Je progresse mais même si je comprend mieux, j’ai du mal à appliquer.
    La reflexion qui me vient, c’est qu’il est urgent de se doter d’un instrument de mesure qui donne l’état réel des batteries. Quel est cet instrument ?
    PC

    Répondre à ce message

    • 2 septembre 2015 12:16, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      En fait, la défaillance indiquée se détecte facilement en mesurant la tension batterie (moteur coupé) lorsque vous enclenchez le guindeau : si elle devient très faible, la batterie est morte (ou le guindeau en court-circuit, ce dernier point pouvant se détecter en mesurant la résistance du moteur).
      Je ne suis pas sûr que l’investissement d’un appareil comme montré dans mon message se justifie (environ 60 à 100 €), par exemple :
      http://www.conrad.fr/ce/fr/product/...

      Il ne faut pas oublier qu’un guindeau de 1200 W sous 12 V va appeler 100 A au nominal, mais 300 à 400 A au démarrage, exactement comme un démarreur de moteur dont la puissance est du même ordre...
      Mesurer la tension batterie moteur en route n’a pas de signification : vous mesurez la tension fournie par l’alternateur...

      Répondre à ce message

  • 2 septembre 2015 19:41, par ernestpt écrire     UP  image

    Heu, évidemment tu travailles moteur en fonctionnement ? Sinon la batterie ne résistera pas.
    J’enfonce certainement une porte ouverte, mais comme je n’ai pas lu « moteur en fonctionnement » dans le fil, je me permets ...

    Répondre à ce message

    • 3 septembre 2015 07:28, par Patrick Coutin écrire     UP     Ce message répond à ...  image

      Oui, bien sur. Cela dit j’ai un petit doute soit sur l’efficacite de mon alternateur, soit sur l’etat des cables qui vont a la batterie. Je vais regarder ca cet hiver.
      En ce qui concerne cet appareil, c’est un investissement, certes, mais la question des batteries est tellement cruciale sur un bateau....

      Répondre à ce message

      • 4 septembre 2015 09:10, par ernestpt écrire     UP     Ce message répond à ...  image

        Bon, si tu es moteur en fonctionnement, c’est l’alternateur qui fournit la charge, pas la batterie. Tu as en fait la/les batterie(s) et le guideau en parallèle. C’est donc le matériel qui a la plus forte différence de potentiel (ddp) qui va le plus « aspirer » d’énergie. Au démarrage du guindeau, c’est sans conteste le guindeau qui se trouve dans ce cas.

        Il faut donc que tu partes de l’alternateur et que tu suives les fils (le plus et le moins, oeuf corse), qui relient l’alternateur au guindeau, dont bien sûr les cosses, dominos et les zones de raccordement : c’est souvent là que l’oxydation se forme, et sous le vert de gris, tu retrouves ... une bien plus petite section.
        Perso, j’applique les conseils de l’électricien marine de Dz, et installe essentiellement du 2,5 carré rigide, sauf quand la souplesse est nécessaire. Pour le guindeau (je n’ai pas de guindeau électrique), voir les tableau aimablement fournis sur ce site à la rubrique élec, en prenant en compte la longueur et la puissance appelée.
        Cette section est nécessaire de l’alternateur au guindeau.

        Bon courage.

        Répondre à ce message

        • 4 septembre 2015 09:18, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

          Tout dépend de l’installation : s’il y a une batterie à l’avant pour alimenter le guindeau, c’est elle qui va fournir l’essentiel de l’énergie, surtout lors des appels de courant, du fait de la résistance des fils, même de grosse section.
          On peut noter qu’un guindeau de 1 000 ou 1 200 W ne fournit cette puissance qu’à l’arrachement de l’ancre. Le reste de la remontée, c’est plutôt 300 -500 W...
          De toutes façons, vu la conception de la plupart des guindeaux et l’absence de refroidissement du moteur, le guindeau serait bien incapable de fournir sa puissance nominale plus de quelques dizaines de secondes sans griller.
          Le fil rigide est interdit en Marine (Div 240 § 2-33).

          Répondre à ce message

          • 4 septembre 2015 10:00, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

            Bonjour

            Pour y être passé il y a quelques temps, à l’occasion d’un changement de guindeau, j’ai préféré refaire tout le câblage.
            Pour 1.200 w et 24 m AR j’ai pu passer du 70 mm², ce qui suffit dans mon cas. C’est ma batterie de démarrage 110 A qui assure.
            Je me méfie des batteries dédiées à l’avant, près du guindeau, certes, mais avec deux inconvénients : Il faudra de toute façon retirer un câble et, surtout, à l’avant, la batterie souffre des à coup et du tangage.
            Le guindeau est protégé par un disjoncteur, et deux robinets, peu de risque de le cramer. Il m’est arrivé une fois de disjoncter, sur une erreur de manipulation de la télécommande depuis le cockpit… Il suffit de ré armer le disjoncteur
            D’accord avec Negofol, le guindeau consomme peu en remontée, si on l’aide au moteur. Pour l’arrachement, la solution élégante consiste à laisser travailler la masse du bateau, une fois à pic, en dépassant ce point avec peu de vitesse, au cas où l’ancre serait engagée. Mais ça c’est un autre combat

            Michel

            Répondre à ce message

            • 4 septembre 2015 10:41, par Patrick Coutin écrire     UP     Ce message répond à ...  image

              J’ai une grosse batterie, à l’avant, sur le guindeau, qui en l’occurence était cuite.
              J’ai pris les tensions en sortie de chargeur ( phase float) et en arrivée de batterie (10 mètres de cable). J’avais 13.7 au depart et 13.62 à l’arrivée. Est ce que ça dit quelque chose sur l’état des câbles ?
              Autre question : il est admis (?) qu’une décharge complète c’est 20%. Sur une batterie de 12v 200 ah, ça se mesure comment ces 20% ? Comment sait on que l’on y est ( en dehors des lumieres qui baissent) ?

              Répondre à ce message

              • 4 septembre 2015 13:09, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

                Comme je le signalais, la chute de tension est très faible si le débit est faible, ce qui est le cas avec une batterie à l’avant sans aucun consommateur après recharge.
                Pour assurer une longue vie à une batterie plomb-acide, il est recommandé de ne pas décharger la batterie à moins de 50 % de capacité théorique restante. Ce n’est pas facile à mesurer car on est sur la zone « plate » de la courbe de tension de décharge et les contrôleurs de batterie comptent en fait les a Ah entrant et sortant (en approximant le coefficient de Peukert...).
                La solution la meilleure, indiquée dans un autre fil est de ne pas mettre les batteries servitude et avant en parallèle, mais charger la batterie avant à travers un chargeur B to B qui va assurer une charge complète de la batterie avant, facteur de longue vie ! Ceci permet de plus d’éviter de gros câbles entre l’arrière et l’avant.
                Une décharge à 20 % restant, c’est très dommageable pour la durée de vie...

                Répondre à ce message

              • 12 septembre 2015 16:09, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

                ça se mesure comment ces 20% ?

                On a pas répondu à ce point.
                20% de 200 Ah, c’est 40 Ah, les batteries sont donc réputée restituer, de manière utilisable, 160 Ah.

                • En pratique ce qui importe c’est de toujours trouver une tension encore utilisable au cours de la décharge, par ex 11,5V (pour des moteurs, même 10V reste encore acceptable). Mais cette tension, et aussi la capacité utile de 160 Ah évoqués plus haut, dépendent très fortement de l’intensité de décharge : à C100 (200 Ah en 100 heures, soit 2 A d’intensité de décharge) on risque de trouver plus de 160 Ah. à l’inverse à C5 (200/5 = 40 A) on trouvera moins que 160Ah
                • de plus ce 20% est illusoire avec des techno classiques (OLA, VRLA, AGM), il est plus raisonnable de tabler sur 50%, soit 100 Ah dans votre cas. Au délà, ça peut tomber en marche, ça peut.

                Répondre à ce message

          • 4 septembre 2015 21:27, par ernestpt écrire     UP     Ce message répond à ...  image

            Le fil rigide est interdit en Marine (Div 240 § 2-33).

            Sans doute, puisque tu le dis. Pour quelles raisons ? Perso, je le trouve plus « franc » que le souple : s’il casse, il casse ; et je SAIS quand il est serti / serré dans un domino etc, etc.

            Répondre à ce message

            • 5 septembre 2015 08:05, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

              Les deux normes ISO 10133 et 13297 applicables aux bateaux de plaisance précisent que les fils sont obligatoirement multibrins et donnent même un nombre de brins minimal suivant l’emploi (statique ou flexion).
              Le même tableau (joint) est inclus dans les deux normes.
              Les règlements Veritas et Lloyds disent la même chose. La Division 240 reprend simplement en plus simple.
              Ce n’est donc pas moi qui le dit et expliquer le contraire à un expert en cas de sinistre doit être délicat...

              JPEG

              Répondre à ce message

  • 12 septembre 2015 14:04, par Shrubb écrire     UP

    Puisqu’il y a déjà eu enfoncement de porte ouverte... n’a-t-il pas simplement disjoncté ? Si le guindeau a un peu chauffé, l’intensité trop élevée a pu faire sauter le disjoncteur (sur la ligne de puissance). Ça m’est arrivé 2 ou 3 fois après des mouillages un peu acrobatiques. Après, voir si le moteur n’a pas été endommagé.

    Répondre à ce message

  • 13 septembre 2015 14:09, par Patrick Coutin écrire     UP  image

    Merci à tous, pour ces infos et précisions. Pour ceux qui ont ratė un bout de la discussion, je précise qu’en fait le pb venait d’une batterie qui était morte et qui en apparence donnait 12v7.

    Répondre à ce message

    • 16 septembre 2015 13:18, par ernestpt écrire     UP     Ce message répond à ...  image

      Certes, mais nous sommes quelques uns à te signaler que tu ne peux compter sur ta batterie seule pour remonter ton ancre. Elle doit être en permanence en parallèle avec le guideau, la fem étant fournie par l’alternateur.
      Cependant, avoir une telle batterie, au plus près du guindeau, permet des appels d’intensité.

      Répondre à ce message

      • 16 septembre 2015 16:57, par Patrick Coutin écrire     UP     Ce message répond à ...  image

        Oui bien sur. Moteur allumė, 1100 tours, batterie donnant plus de 13 au voltmètre, située à un mètre du guindeau, connection verifiée, 13 en sortie de cable venant de l’alternateur, 13.7, en mettant le chargeur à quai, et en coupant le moteur et pas de reaction. Un petit clac à l’appui du bouton et plus rien. Les deux mécanos qui travaillaient sur le bateau d’à coté ont sorti une batterie de leur camion, on remplacé la mienne et la guindeau a re-marché. Explication des mécanos : à un moment la batterie est tellement morte qu’elle donne 13 v mais n’a pas l’intensité suffisante. Il m’ont montré ça sur un voltmètre sophistiqué...

        Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales