image
image
image

Votre IP : 52.55.186.225
Dernier ajout : 24 avril
Visiteurs connectés : 15

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > L’électricité à bord -forum- > Courant alternatif > Disjoncteur différentiel 30 mA

Rubrique : Courant alternatif

__________________________________________________________________________________________________________________

Disjoncteur différentiel 30 mAVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Janvier 2013, (màj Décembre 2016) par : tchavalo  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Salut tout le monde,
Une question sans doute sans fondement, mais après avoir relu les excellents et didactiques articles sur le 220 volts à bord ( merci infiniment à nos spécialistes) , je constate que mon disjoncteur différentiel est placé au tableau et non pas tout de suite aprés la prise de quai, soit 5 bons mètres de circuit non protégé .D’où mon questionnement sur l’opportunité d’en placer un second juste à cet endroit.Possible ? souhaitable ? inutile ? pas malin ? ... j’ai du mal avec l’électricité...:-/

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

26 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 28 janvier 2013 18:42, par yvesD écrire     UP Animateur

    Tout à fait exact, la réglementation D240 n’aide pas mais elle doit être respectée :

    Article 240-2.38
    Alimentation par le quai
    I. Les prises de courant des circuits d’alimentation par le quai sont conformes à la norme NF/EN 60309-2. Le câble est du type HO7 RN-F, sa section atteint au moins 2,5 mm².
    II. La longueur totale de la ligne de quai n’excède pas 25 m. Elle est munie d’un dispositif de protection à courant différentiel résiduel, d’une sensibilité de 30 mA maximum, installé à moins de 0,5 m de l’arrivée de la source d’alimentation du quai.

    l’arrivée de la source d’alimentation du quai c’est par exemple la prise chassis sur le bateau, en général au tableau arrière, et à 50 cm de ce tableau on est en général encore en plein dans les coffres et c’est pourtant là qu’il faut mettre l’inter ou le disjoncteur différentiel. Ca serait tellement plus agréable de l’avoir au tableau électrique principal, à 3 ou 4 m de la prise du tableau arrière.
    Avec un tel emplacement, humide, il faut prévoir un tableau électrique étanche autour du différentiel.

    La D240 ne parle pas de câble sous forte gaine entre la prise de tableau et un tableau général éloigné, ni d’aucunes règles de réalisation d’un tel déport au delà de 0,5m
    l’AYBC peut-être ?

    Je ne sais si cet impératif de distance s’impose lorsqu’on interpose un transfo d’isolement, ni s’il faut mettre un interupteur différentiel juste en amont du transformateur.

    En tout cas, en cas d’accident, l’expert risque fort d’appliquer strictement la D240.

    Répondre à ce message

    • 28 janvier 2013 19:36, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Cette distance de 0.5 m semble encore une invention franco-française et ne se trouve pas dans la norme ISO 13297 ni dans l’ABYC E11 ou les règles Veritas Yachts. J’ai vu au Salon des bateaux où elle n’était clairement pas appliquée...

      Je suis inquiet de la tenue de disjoncteurs différentiels « Bâtiment », utilisés partout, dans des conditions d’humidité saline importantes (la caractéristique essentielle d’un boitier étanche étant que l’eau entrée n’en ressort jamais....)

      Répondre à ce message

      • 28 janvier 2013 19:57, par Pil-Poil écrire     UP     Ce message répond à ...

        ISO 13297:2000(E)

        7.2.2 A manually reset trip-free circuit-breaker shall be installed within 0,5 m of the source of power or, if
        impractical, the conductor from the source of power to the panel-board circuit-breaker shall be contained within a
        protective covering, such as a junction box, control box, enclosed panel-board, or within a conduit or cable trunking
        or equivalent protective covering
        . If the location of the main shore-power inlet circuit-breaker exceeds 3 m from the
        shore-power inlet connection or the electrical attachment point of a permanently installed shore-power cord,
        additional fuses or circuit-breakers shall be provided within 3 m
        of the inlet or attachment point to the electrical
        system in the craft, measured along the conductor.

        Ce n’est donc pas franco-français, mais on peut aller au delà de 50cm, jusqu’à 3m sans trop de complications ....

        Répondre à ce message

  • 29 janvier 2013 13:12, par fulup écrire     UP

    La norme est claire si on ne peut pas pour des raison pratique le mettre à moins de 50cm on peut le mettre à 3 mètres.

    Maintenant restons pragmatique ; ce qui est important c’est la protection. Mettre un différentiel prévue pour une maison dans un coffre remplie humidité n’as aucun sens. Il est largement préférable d’avoir son différentiel dans un endroit sec plutôt sur juste dernière la prise de quai dans un endroit humide comme un coffre extérieur de bateau.

    La config présentée en début de post est la même que celle des Halberg Rassy dans leur configuration d’origine. Ce qui est important c’est qu’il n’y ai rien de branché entre la prise de quai et le différentiel. Pour le reste que le câble fasse 50cm, 3m ou même un peu plus ça ne change rien au niveau de la protection. Par contre si le différentiel est dans un endroit humide c’est autre chose. Il est fort probable qu’il ne fonctionnera plus dans un an ou deux, au moment précis ou quelqu’un en aurait vraiment besoin de lui.

    Répondre à ce message

    • 29 janvier 2013 17:41, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Je pense qu’on peut plaider que la situation présentée (et fréquente) est acceptable, car l’alternative « légale » serait de mettre le réceptacle de la rallonge de quai dans le cockpit ou près de la descente et donc remplacer un cable bien protégé par une rallonge volante soumise aux éléments...
      Pas très astucieux !
      Le rédacteur de la Div 240 a fait de l’excès de zêle ! Par contre, le texte de l’ISO n’est pas sans mérites pour éviter un incendie du câblage en cas de court-circuit.

      Répondre à ce message

      • 29 janvier 2013 19:59, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        et donc remplacer un cable bien protégé par une rallonge volante

        Je dirais même plus « remplacer un câble qui devra être particulièrement bien protégé et identifié » car si on s’autorise des libertés avec le texte de la norme il ne faut pas oublier qu’entre la prise de coque et le différentiel on a affaire à truc dangereux (car en amont du différentiel) dans une enceinte (la coque, le coffre, ...) où on ne s’attend pas à trouver pas des trucs inhabituellement dangereux.
        La protection mécanique doit être soignée (gaine, fourreau, et en tout cas robuste) et devrait mettre en évidence ce coté dangereux inattendu (peint en rouge fluo, j’exagère à peine ;-) )

        Reste à retrouver et lire le texte ISO sur les incendies de câblage.

        Répondre à ce message

        • 29 janvier 2013 20:58, par fulup écrire     UP     Ce message répond à ...

          Faut pas non plus être parano :->

          Le plus gros risque qu’on prend régulièrement est sans le moindre doute de brancher/débrancher la prise de quai sous la pluie ou avec les mains mouillées. Lors du branchement du bateau au quai le différentiel du bateau n’a aucun effet et donc la longueur du câble entre la prise du bateau et le différentiel du bord n’a aucune importance.

          Je suis d’accord sur le fait que le fils entre la prise du bateau et le différentiel ne doit avoir aucune autre connexion. Maintenant faut pas non plus exagérer un câble de 2.5mm2 avec une gaine digne de ce nom c’est pas vraiment fragile. Le risque d’avoir un problème avec la rallonge qui va du bateau aux quai est bien plus grand que celui d’avoir un problème entre la prise de connexion et le différentiel.

          Répondre à ce message

          • 29 janvier 2013 23:34, par Alien écrire     UP     Ce message répond à ...  image

            un câble de 3x2.5² avec une gaine digne de ce nom aura du mal à se coincer entres les lames du ponton ;-)
            Des différentiels (30mA), il y en a déja dans les bornes, sur les pontons.
            Il y en a aussi (300mA) sur les tableaux qui alimentent les bornes.

            Chez moi, il y en a une dizaine . Aucun n’a jamais déclanché ! C’est toujours le disjoncteiur général EDF qui saute au moindre défaut. Il est beaucoup plus rapide que les différentiels de base du commerce !

            Dans les grosses installations, on organise la sélectivité et on utilise des différentiels réglables.

            Je branche mes 30m de rallonge sans état d’âme tant qu’elle ne sera pas endommagée.

            Dans les régions civilisées, la prise du ponton ou du quai est protégée.

            Sur le bateau elle vient se brancher sur le tableau du « All in One » qui prétend tout faire..

            Qu’il y ait 30cm ou 30m de câble ne change rien.

            On a rarement vu de plaisanciers périr au ponton !

            Répondre à ce message

            • 29 janvier 2013 23:52, par fulup écrire     UP     Ce message répond à ...

              Je suis d’accord avec Alien, j’ai vu beaucoup d’installations merdiques sur les bateaux aussi bien coté 12v que 220v, mais j’ai encore jamais vu quelqu’un se faire électrocuter sur un ponton. Pourtant je vois régulièrement des rallonges plus que limite qui traînent sur les pontons. Des doubles prises pour prendre plus de courant en repartissant la charge sur deux disjoncteurs, des radiateurs de 1500W branché à la va vite, des bateaux qui restent branchés avec un chauffage ou un chargeur de quai des semaines entières alors que les propriétaires ne sont pas là, etc ... Mais jamais je n’ai vu d’installation ou le câble entre la prise de quai et le différentiel du panneau me posait un problème de conscience.

              Au final je n’ai même jamais entendu parler d’un plaisancier électrocuté sur le quai. Par contre des bateaux qui brûlent a cause d’un problème électrique sans être fréquent ça arrive. N’oublions pas que dans le cas d’une surconsommation ou d’un circuit défectueux qui risque de mettre le feu les différentiels ne servent à rien.

              Répondre à ce message

  • 30 janvier 2013 13:06, par fulup écrire     UP

    Je suis d’accord pour le coté criminel des bricolage sur les rallonges, maintenant on voit beaucoup d’autre choses sur les pontons qui sont inacceptables. Le monde de la plaisance est représentatif du reste de l’humanité, même proportion de gens : intelligents, super sympa, incompétents, crétins, dangereux, etc ...

    Répondre à ce message

    • 30 janvier 2013 13:20, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Merci Fulup de faire la part des choses... Il y a aussi que les lieux peuvent être plus inhospitaliers, ce n’est pas toujours aussi facile qu’à La Rochelle, Vannes ou Porquerolles...
      Il y a des mouillages difficiles et c’est la majorités des cas en méditerranée orientales dont je peux témoigner, mais aussi pratiquement partout au monde hormis, nos zones « civilisées » Il faut bien en tenir compte et dans ce cadre, des exigences règlementaires dragonnieres peuvent devenir contre productives... Il y a des endroit ou du bons sens vaut mieux...
      La photo jointe, prise à Babakale... c’est pas le bout du monde, c’est juste l’endroit qui a inspiré Jean Berret quand il a dessiné ses fameux micro ’’Cap baba’’
      Michel

      JPEG

      Répondre à ce message

  • 30 janvier 2013 14:28, par fulup écrire     UP

    Je partage à 100% l’avis de Yoruk les normes sont faite pour le cas général, mais dans un certain nombre de cas particuliers elles sont contre productives.

    Si on reprend le sujet de départ pourquoi 50cm entre la prise et le différentiel et pas 5m. Ça n’est absolument pas parce que un câble de 5m génère un danger supérieur à un de 50cm, mais juste pour garantir que dans les 20/30 ans de vie du bateau personne n’ira brancher quelques chose sur le câble qui relie la prise de quai au disjoncteur. Plus ce câble est court, plus le risque est faible. Sur mon ancien Beneteau O31 la prise de quai est d’un coté de la coque et le différentiel juste en face dans le coffre. Le fils doit faire moins de 10cm.

    Si le câble fait 5m pour aller de l’arrière du bateau à la table à carte en passant par le coffre et le WC, on à toujours le risque que le troisième propriétaire se dise : « j’ai besoin de 220v dans les WC pour mon nouveau sèche serviettes :’-)) plutôt que m’emmerder à retirer un nouveau câble depuis le panneau électrique je vais couper celui qui passe déjà dans le fond du placard et me brancher dessus » . Introduisant un équipement non protégé dans le circuit, ce que la norme veut à tout pris éviter.

    On voit bien que sur le fond la norme n’est pas idiote, mais par contre si on à affaire à un utilisateur intelligent qui sait qu’il ne faut pas couper le câble entre la prise de quai et le différentiel alors la version : câble de 5M avec différentiel bien au sec est plus sur que la version câble de 50cm avec différentiel dans un endroit humide.

    Si je suis M" Bénéteau je dois évidemment prendre en compte l’hypothèse du troisième propriétaire qui ne rêve que d’un nouveau sèche serviettes, par contre si je fais une installation sur mon bateau alors c’est probablement une bonne idée de ne pas en tenir compte.

    Quand on bricole pour soit, on est toujours dans un cas particulier. C’est donc à chacun de comprendre les normes pour savoir celles qu’ils faut respecter et celles que nous pouvons ignorer.

    Répondre à ce message

    • 30 janvier 2013 14:47, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Du bon sens...
      Sur le Voyage 12.50, Jeanneau qui avait la réputation de soigner ses circuit électriques, a résolu le problème avec élégance : les 5 mètres de conducteur 230 depuis la prise Hubbell, à l’arrière, courent dans une goulotte protégée, jusqu’au disjoncteur différentiel, dans le tableau. Pour atteindre le conducteur, il faudrait le sortir de la goulotte...
      Michel

      Répondre à ce message

      • 30 janvier 2013 14:54, par fulup écrire     UP     Ce message répond à ...

        Idem sur le HR le câble est bien au chaud dans une goulotte, c’est plus facile d’en tirer un nouveau que de ce brancher dessus B-)
        C’est certain que de faire passer un tel câble bien visible au fond du placard de WC n’est pas une bonne idée, et que d’utiliser une gaine de protection du type bâtiment pour rendre plus compliquer un pontage dessus n’est pas bien compliqué.

        Répondre à ce message

  • 31 janvier 2013 12:11, par jp écrire     UP

    « Des doubles prises pour prendre plus de courant en repartissant la charge sur deux disjoncteurs »

    Autant dire des 30 mA en //

    Comment ça marche ????????

    Répondre à ce message

    • 31 janvier 2013 17:05, par Pil-Poil écrire     UP     Ce message répond à ...

      La mise en // n’est pas justifiée par le différentiel, mais par le disjoncteur -p.ex. 6A- qui permettra alors de tirer 12A dans l’exemple cité.

      Répondre à ce message

    • 31 janvier 2013 18:35, par tilikum écrire     UP     Ce message répond à ...

      « Des doubles prises pour prendre plus de courant en repartissant la charge sur deux disjoncteurs »

      Autant dire des 30 mA en //

      Comment ça marche ????????

      En pratique, cela peut fonctionner si toutes les prises sont alimentées par une même phase.

      Mais bien souvent, les bornes sont alimentées en triphasé pour 4 prises : deux sur deux phases et deux sur la troisième phase, et si on essaie de brancher deux fiches alors qu’elles ne sont pas sur la même phase... ça disjoncte instantanément !

      Les anciennes normes, jusque il y a environ deux ans permettait un différentiel suivi de disjoncteurs magneto-thermiques pour chaque prise, les nouvelles normes imposent un différentiel par prise... il faut bien faire marcher le commerce des fournisseurs de matériel électrique...

      Ceci dit, ce montage dangereux et débile est rigoureusement interdit, et ce n’est pas négociable !

      Le dernier biiip-censuré plaisancier qui avait ce branchement, à qui j’avais poliment demandé de démonter son truc immédiatement ne voulait rien savoir, dialogue :

      • Pourquoi je démonterais mon branchement ?
      • Simplement parce que c’est dangereux et interdit !
      • Vous êtes flic ?
      • Non, simple plaisancier accessoirement électricien, et je n’ai pas envie d’apprendre qu’un gosse de mes amis soit mort de la faute d’un « plaisancier » irresponsable !
      • Et vous faites quoi si je laisse mon branchement ?
      • C’est très simple : je débranche vos deux fiches, je coupe votre rallonge et balance votre montage au fond du port !
      • Je voudrais bien voir ça !
      • Eh bien, regardez................ clac... Plouf ! :-))

      Je lui ai suggéré d’aller se plaindre à la capitainerie et lui ai donné mon nom, mais curieusement, la capitainerie n’a reçu aucune plainte... :-P

      _/)

      Répondre à ce message

  • 31 janvier 2013 20:45, par jp écrire     UP

    Si un différentiel alimente plusieurs prises équipées d’un disjoncteur, ça marche , bien sur, mais c’est effectivement criminel et en tout cas d’"une grande bêtise

    Mais à Port Cam, chaque prise a son propre différentiel ( sur les nouvelles bornes et de mémoire), ce qui fait qu’un tel montage est quasiment impossible

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales