image
image
image

Votre IP : 3.95.23.35
Dernier ajout : 24 avril
Visiteurs connectés : 9

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Entretenir le bateau -forum- > Découpe d’un réservoir en polyéthylène

Rubrique : Entretenir le bateau -forum-

__________________________________________________________________________________________________________________

Découpe d’un réservoir en polyéthylèneVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Décembre 2012, (màj Décembre 2012) par : mafilma  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

« Bonjour »,

Mon Bavaria a maintenant 9 ans et bien que n’ayant jamais eu de problèmes de bactéries, j’envisage d’effectuer une trappe de visite sur le dessus du réservoir en polyéthylène afin de l’inspecter et de le nettoyer ...Je compte tracer un cercle d’une quinzaine de centimètres de diamètre, percer des petits trous sur le périmètre et finir à la lame de scie. Ensuite je confectionnerai une trappe en inox que je visserai avec un joint pour hydrocarbure.
Quelqu’un l’a-il déjà fait ? Merci pour vos expériences et conseils.
Philippe

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

31 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 12 décembre 2012 17:25, par Pil-Poil écrire     UP
    • Tant qu’à faire, découper la trappe assez grande, 15cm c’est peu s’il faut accéder pour un gros nettoyage sans démonter le réservoir.
    • Attention à la position de la trappe, car le réservoir contient peut-être des cloisons anti-roulis.
    • Placer la trappe proche du point de sortie du fuel qui est en principe le point le plus bas où s’accumulent les saletés.
    • D’autre part les vis dans l’épaisseur du PE ne tiendront pas le futur couvercle alu. Il faut donc ajouter sur la face interne du trou du réservoir un anneau en alu de 3-4 mm d’épaisseur qui recevra les filetages pour les vis qui tiendront la plaque posé au dessus : le PE sera alors en sandwich entre 2 plaques d’alu.
    • Pour rentrer l’anneau en alu dans le réservoir il faut un trou ovale, car avec un trou rond ce sera impossible.
    • Enfin, un réservoir plein jusqu’à la gueule (le nable de pont) exerce une certaine pression sur le couvercle : typiquement 0.05 à 0.1 bar si le nable est à 1m au dessus du réservoir. Si le couvercle fait 20 cm de diamètre, soit 300 cm², la force d’ouverture sur le couvercle sera donc 300 x 0.1 = 30 kg. Le couvercle (et le réservoir à proximité du couvercle) ne doit pas se déformer sous peine de suintement du fuel malgré un joint. Il faut donc un grand nombre de vis de fermeture du couvercle (une bonne dizaine) , uniformément réparties sur le pourtour.

    Répondre à ce message

    • 12 décembre 2012 18:52, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Attention, la solution indiquée par Robert n’assure pas une étanchéité parfaite : il faut bien un anneau à l’intérieur et un joint, mais le gazole risque de remonter le long des pas de vis si les trous de l’anneau interne sont de simples trous débouchants taraudés.
      Il faut équiper ces trous d’écrous aveugles à river (en argot du métier : culs d’oeufs) montés avec du mastic PR résistant au carburant (par exemple PR-1422 Class A Fuel Tank Sealant).
      Ces écrous à river sont assez difficiles à trouver. Ils se posent comme des rivets POP, mais avec une pince spéciale.

      Un fournisseur allemand en petites quantités sympa et sérieux sur Ebay :
      http://www.ebay.de/itm/50-Stk-Blind...

      Pour le joint, l’idéal est le NEBAR. J’en ai parlé ici :
      http://www.plaisance-pratique.com/l...
      (vers la fin du fil)

      Les solutions ci-dessus sont celles utilisées en aéronautique et Formule 1. On peut faire plus simple, mais moins sûr...

      Répondre à ce message

  • 12 décembre 2012 17:34, par ernestpt écrire     UP  image

    Pourquoi pas ? Maintenant, j’ai dû vidanger mon réservoir cet été « grâce » à la prolifération des charmantes bestioles. Il FAUT évacuer le fond, une chiasse morronnasse constituée des cadavres desdites bestioles, PUIS nettoyer TRES sérieusement. Bref, il faut pouvoir atteindre le fond. Tout le monde n’a pas son diplôme de spéléo BAC+20. Donc fais ta trappe en conséquence. Pense aussi aux déformations, comme dit dans l’autre réponse. Bref, amha, pas simple.

    Répondre à ce message

  • 12 décembre 2012 18:06, par tilikum écrire     UP

    Ma solution est très simple, l’étanchéité est garantie parfaite...mais demande un peu d’outillage.

    Ceci est valable autant pour mon réservoir de gasoil dans la quille en acier que pour mes réservoirs d’eau en polyéthylène :

    • Je découpe une ouverture permettant l’accès.
    • Je procède au nettoyage.
    • Je soude une plaque pour refermer l’ouverture ! |-)

    Pour l’acier, soudage à l’arc, pour le polyéthylène soudage à l’air chaud 600°C.

    Considérant que ce genre de nettoyage est à faire tous les dix ans... le rapport qualité/prix est sans appel . :-)

    _/)

    Répondre à ce message

  • 12 décembre 2012 19:21, par Alien écrire     UP  image

    pourquoi ne pas utiliser une trappe étanche toute faite qu’on voit sur les catalogues des ship.
    Évidemment elles ne sont pas certifiées « alimentaire » ou résistant aux hydrocarbures mais elles se vissent et ont un joint d’étanchéité torique qu’on peut éventuellement remplacer par un joint résistant .
    Le PE se découpe bien à la scie sauteuse en allant pas vite et en lubrifiant à l’eau . Faut surtout éviter que la lame chauffe.

    Il est peut-être moins compliqué d’essayer de nettoyer le réservoir par les trous existants ?
    Le sortir du bateau ?

    Dans ma jeunesse, j’ai vu nettoyer des tonneaux en mettant du gravier dedans !

    Répondre à ce message

    • Si les trappes de schipchandler ne sont pas garanties « homologuées hydrocarbures » ce serait assez dangereux de s’en servir, car il n’y a pas que le joint à changer, tout le matériau de la trappe est concerné.

      Répondre à ce message

    • Le PE se découpe bien à la scie sauteuse en allant pas vite et en lubrifiant à l’eau . Faut surtout éviter que la lame chauffe.

      Ça, c’est pour le plexiglas ! Avec le polyéthylène, je coupe à la scie sauteuse à fond et à sec sans problème... ;-)

      Le polyéthylène se découpe d’ailleurs aussi bien à la scie circulaire ou à la tronçonneuse avec un disque pour métal, ce matériau est très tolérant.

      J’en parle en connaissance de cause : depuis que je me suis outillé il y a des années pour fabriquer mes réservoirs, je suis régulièrement sollicité pour réparer ou modifier des réservoirs en polyéthylène...

      Le dernier en date : un réservoir à eau Vetus tout neuf de 300 litres qui ne rentrait pas dans le bateau... je l’ai raccourcit de 15 cm et ressoudé avec des baguettes taillées dans les chutes, du polyéthylène basse densité vert pâle... |-)

      _/)

      Répondre à ce message

      • Merci à tous pour ces pertinentes réponses. Que des bonnes idées !!!!!!
        Je pense trouver une plaque d’alu de 15 mm d”épaisseur avec laquelle je confectionnerai l’anneau intérieur. Vu l’épaisseur je n’aurai donc pas besoin de faire de trous débouchant, éliminant ainsi les risques de fuites. J’ai retenu que l’on pouvait découper a peu près facilement dans le polyéthylène un trou de 20 cm à la scie sauteuse. Prévoir 12 vis uniformément réparties sur le pourtour avec un joint NEBAR
        J’ai bien aimé la solution de Tilikum mais je n’ai pas l’outillage. Je la garde néanmoins en mémoire, cela peut servir un jour.
        Bon me voila armé pour ce travail prévu en Mars, juste le temps de préparer toutes les pièces. Yapluka !!!!!!

        Répondre à ce message

        • 13 décembre 2012 11:24, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

          Juste une remarque : je sais bien que c’est évident, mais penser à faire le trou ovale pour pouvoir rentrer l’anneau....
          Il est possible de prévoir 2 ou 3 petites vis à tête fraisée noyées dans le PE pour fixer l’anneau au réservoir et faciliter un démontage ultérieur.
          Dans le cas que vous envisagez, avec un anneau très épais, il est préférable de coller des goujons dans les trous après taraudage et de mettre des écrous à l’extérieur : ça évite de risquer de foirer au montage le filetage dans l’alu, assez délicat . En aéronautique, on prévoit des filets rapportés (hélicoils) mais là, ça devient assez luxueux...
          Le PE étant rigide, il faut un joint NEBAR de chaque côté (un entre l’anneau et le réservoir et un entre le réservoir et la porte de visite) pour éviter tout risque de fuite par les filetages : ceinture ET bretelles : le GO passe partout...

          Répondre à ce message

  • 13 décembre 2012 12:00, par Pil-Poil écrire     UP

    Un point supplémentaire, iI y aura une petite mauvaise surprise presque à coup sûr :

    • Si le réservoir est fabriqué avec la technique du « rotomoulage », les parois sont lisses à l’extérieur (grâce au moule), par contre à l’intérieur elles sont très irrégulières et l’épaisseur n’est pas très constante.
    • Il faudra donc un joint très épais entre l’anneau intérieur et le réservoir, capable d’accommoder les irrégularité d’épaisseur de la paroi en PE.
    • Comme le joint sera épais, il aura des faces latérales en contact avec le fuel sur une assez grande surface. Il faudra donc un matériau de joint qui soit capable de supporter ce contact en longue durée et ne pas trop compter sur l’étanchéité entre l’anneau intérieur et la paroi. Mais plutôt compter sur l’étanchéité entre le couvercle et la surface extérieure.

    Répondre à ce message

    • Si le réservoir est fabriqué avec la technique du « rotomoulage », les parois sont lisses à l’extérieur (grâce au moule), par contre à l’intérieur elles sont très irrégulières et l’épaisseur n’est pas très constante.

      Il me semble que les fabricants ont fait quelques progrès notables... les épaisseurs des parois sont devenues bien plus régulières qu’au début de cette technique de rotomoulage.

      Par exemple, le réservoir à eau Vetus dont je parle plus haut dont j’ai les chutes du découpage présentent une épaisseur de paroi constante de 6,5 mm, l’aspect est en effet lisse à l’extérieur et légèrement « granité » à l’intérieur... rien de grave qui ne puisse être absorbé par un joint classique.

      _/)

      Répondre à ce message

  • Une remarque - hors sujet dans le contexte de fil qui traite d’un réservoir à gasoil et qui propose très judicieusement une contre-plaque en alu, sans problèmes pour un réservoir à gasoil
    Plein de problèmes ultérieures pour un réservoir à eau potable : l’alu entrerait inévitablement en contact avec l’eau chlorée, des chancres se développeraient rapidement à sa surface et ruineraient la belle étanchéité et accessoirement encrasseraient les filtres.

    Préférer sans doute de l’inox, ou protéger l’alu (le chromate de zinc de l’autre fil ?), je ne sais bien qu’ayant pratiqué ces chancres alu à mon corps défendant.

    Répondre à ce message

    • Une anodisation chromique de l’alu protège efficacement dans ce cas.
      Si, comme le fait remarquer Robert, la surface interne est très irrégulière, la solution serait de coller l’anneau avec un mastic PR pour réservoir à carburant (pas du Sika standard !), mais je pense qu’un joint NEBAR assez souple devrait suffire.

      Répondre à ce message

    • « ... une contre-plaque en alu, sans problèmes pour un réservoir à gasoil ... Plein de problèmes ultérieures pour un réservoir à eau potable ... »

      Bof ... les légendes ont la vie dure ...

      • Mes réservoirs eau douce en alu de 3 mm non protégé ont 24 ans, et toujours pas de perforation après 24 ans de remplissage en Méd occidentale d’eau toujours chlorée ! Les chancres existent et s’accumulent dans le filtre qui précède la pompe et on les vide tous les 2-3000 litre d’eau. :-)
      • Mes réservoirs fuel en alu de 3mm ont percé le point bas à l’âge de 22 ans (le fuel est bien plus corrosif que l’eau douce) et en 1 heure de soudure ils sont repartis pour 23 nouvelles années. :-/
      • Le soudeur qui a fait la réparation m’a montré des réservoir en inox percé comme des écumoires par l’eau douce et moins âgés que les miens en alu :-/

      Le problème (peut-être sérieux) des réservoir d’eau douce en alu c’est (peut-être) un doute sur l’innocuité toxique des sels d’alu qui seraient ingérés durant des décennies en buvant l’eau. Mais n’oublions pas que les casseroles en alu sur nos gazinières sont (étaient ?) légion ...

      JPEG

      Répondre à ce message

  • 13 décembre 2012 20:13, par Alien écrire     UP  image

    Pour rester pratique :
    * trouver un flanc en alliage 508 ? du bon diamètre et de la bonne épaisseur
    * trouver ou fabriquer une bride du même métal et du même diamètre extérieur
    * percer tarauder, usiner, ...
    * trouver un moyen pour introduire la bride par un trou plus petit qu’il aura fallu découper au préalable,
    * trouver la matière première et découper un joint,

    Est-ce bien raisonnable ?
    A quel prix, en temps et en argent ?

    Pour simplement nettoyer un réservoir.

    Si on peut le sortir, on doit pouvoir introduire une lance de Karcher par l’orifice de remplissage ?

    On peut aussi introduire un flexible de la même marque avec l’embout qui sert à déboucher les égouts .

    Un peu d’eau chaude et de détergent ...

    Répondre à ce message

    • Excellente remarque et je me suis souvent demandé si cela en valait la peine surtout que je n’ai aucun problème de bactérie. Mais je ne suis pas plus fort que les autres et je redoute le jour où le moteur s’arrêtera en plus certainement au plus mauvais moment, j’ai pas mal d’exemples dans mon entourage.
      Mon réservoir coincé sous une couchette est absolument impossible à démonter ni à nettoyer au karcher.
      Le cout en pièces de ce travail ne doit pas être quand même très élevé et je suis assez bricoleur donc je préfère faire du préventif.
      Je navigue aussi dans cet esprit là.

      Répondre à ce message

      • Sur tout les bateaux il y a des incohérences incroyables au moment de la construction en usine. Le mien ne faisait pas exception ! L’absence de trappes de visite à un réservoir est une de ces incohérences.

        Je pense aussi qu’ il vaut mieux corriger ce genre d’incohérences avant que cela ne soit urgent et catastrophique :-/

        Répondre à ce message

        • Vous avez tout à fait raison et c’est pour cela que je tiens absolument à réparer cet incohérence maintenant plutôt que prendre le risque de le payer cash un jour.

          Répondre à ce message

        • 14 décembre 2012 08:40, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

          La raison de ces incohérences est tout bêtement le coût : je pense qu’une bonne trappe de visite bien conçue et étanche doit être nettement plus chère que le réservoir rotomoulé....

          Répondre à ce message

          • Ça existe rotomoulé d’origine, ci-dessous le réservoir d’eau de l’atelier, installé à la verticale (coincé entre le compresseur d’air et le poste de soudage, vu la position ça prouve que c’est parfaitement étanche ! :-)

            Le moule doit coûter plus cher, mais pas le réservoir, il n’y a plus que le bouchon, fabriqué dans la même matière, et le gros joint torique à ajouter...

            _/)

            JPEG

            Répondre à ce message

            • Chez vetus, ce genre de trappe semble réservé aux réservoir d’eau.
              Pour les carburants ils ont un adaptateur démontable qui regroupe les entrées-sorties sur un perçage de diam. 110mm.
              Sur mon super mini-yacht (origine Bénéteau), il y a une trappe métallique boulonnée de 100-150mm sur laquelle sont fixés la jauge, les retours et évents (de mémoire).

              Ces histoires de bactéries commencent à m’empêcher de dormir.
              Question aux spécialistes : quel effet le gel produit-il sur ces bactéries ?

              Répondre à ce message

              • quel effet le gel produit-il sur ces bactéries ?

                Congelées à -30°C, elles hibernent, et se multiplient au retour du beau temps... :o)

                _/)

                Répondre à ce message

              • Le gel , je ne sais pas.

                Par contre, je mets toujours une double dose d’antibactérien, et comme je n’aime pas mettre tous mes oeufs dans le même panier et que je suis parano, j’ai deux marques différentes d’antibactérien, et je mets une louche de chacun des deux bidons à chaque fois :-P

                Touchons du bois, quand j’ai ouvert (pour cause de fond percé après 22 ans) il n’y avait pratiquement rien au fond : tout juste une fine couche (1/10ème de mm) d’une couche de « poussière » noire dont je ne sais pas ce que c’était. Des cadavres de bactéries ?

                Répondre à ce message

                • Tout cela ne comble pas mes angoisses.
                  Jusqu’à maintenant pas de problèmes.
                  Je met les produits que je trouve (Ad et/ou Uship) en doublant la dose.

                  J’ai arrêté de faire le plein dans les station service des ports qui, parait-il vendent en début de saison du fuel de l’année précédente.

                  Je commence la saison avec un réservoir à moitié plein et je la termine avec un réservoir à moitié vide .

                  La théorie nous enseigne qu’il faudrait le vider pour l’hiver ou le remplir à ras bord.

                  Le vider ce serait possible avec une pompe et des récipients.
                  On pourrait utiliser l’excipient dans l’auto ou le tracteur au prix de transbordements épuisants.

                  Le remplir à ras la gueule pour éviter les condensations ?
                  Si les bactéries s’installent j’aurais deux ou trois fois plus de matières contaminées à évacuer .

                  Dans les deux cas je devrais empester le bateau par cette délicieuse odeur de gas-oil qui ... .

                  La plupart des expériences de bactéries semblent méditéranéennes.

                  Quid des côtes atlantiques et de la Bretagne sud en particulier ?

                  Répondre à ce message

                  • Le remplir à ras la gueule pour éviter les condensations ?

                    Les papy techies de la Nauticat Association britanique recommandent d’hiverner avec des réservoirs vides, plus facile de gérer de la vapeur d’eau condensée que des gateaux de bactéries d’après eux. Mais venant de marins qui n’ont même pas peur des lapins ...

                    Le vider ce serait possible avec une pompe et des récipients.

                    Par contre les geeks de la Nauticat Association US ont fondé le fan club du fuel polishing, on y exige au moins 6 filtres et 4 pompes comme droit d’entrée, on bute pour l’instant sur le polisher de tuyau du sytème de polishing. Mais bon, les marchands de pompe, faut bien qu’ils bouffent.
                    [pour les néophytes : le polishing consiste à laver le fuel en faisant circuler le contenu d’une caisse à fuel dans des filtres avant de le remettre dans la dite caisse, ou l’autre caisse, ou la caisse journalière (variantes schismatiques)]

                    On pourrait utiliser l’excipient dans l’auto ou le tracteur au prix de transbordements épuisants.

                    Et les gabelous, tu y a pensé ? C’est long la garde à vue chez les gabelous ? plus long que le temps de comprendre que ce que tu faisais était anodin ;-)

                    Répondre à ce message

  • Très judicieux et prudent, il existe des trappes toutes faites adaptables qui se vissent et de fait permettent une accessibilité rapide pour un nettoyage éventuel, suivant la configuration du réservoir s il y a une paroi transversale ( chicane) 2 trappes sont nécessaires amont et aval GO Pour toute sécurité vous pouvez doubler votre circuit d alimentation GO avec vanne de sectionnement et connecter a la double arrivée préfiltre ( espacer les 2 cannes d aspiration GO
    pour tous renseignements détaillés photos montage etc voir blog voiliers HANSE ulysseempuria article réservoir

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales