image
image
image

Votre IP : 54.226.33.117
Dernier ajout : 20 février
Visiteurs connectés : 13

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Mouillages et ports > Mouillages et ports en Mer de Marmara > Côte turque, Mer de Marmara-sud, Zeytinbagi

Rubrique : Mouillages et ports en Mer de Marmara

__________________________________________________________________________________________________________________

Côte turque, Mer de Marmara-sud, ZeytinbagiVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Janvier 2014, (màj Janvier 2014) par : Collectif Salacia   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Cet article est géolocalisé.

Turquie, Mer de Marmara-sud, Zeytinbagi

Imray-Rod-Heikell / Turquie/Mer de Marmara/Zeytinbagi

Edition française 2001
Edition anglaise 2013
http://www.4-oceans.com/guide-imray...
http://www.imray.com/Publications/I...

  • Pas d’erreurs.
  • Lacune de mise à jour :
    • Edition 2001 : obsolète
    • Edition 2013 : quelques lacunes :
      • Le dessin du port n’est pas à jour, le môle NE est maintenant bétonné
      • Description sommaire
    • Tous les feux de la côte turque sont équipés de balises AtoN (transpondeurs AIS)

Approche

  • Conditions de navigation généralement rencontrées en été
  • Très claire, mais on aura à contrôler la mise à jour des cartes, c’est une des région où les fonds ont bougé après le tremblement de terre d’Izmit en 1999. La cartographie est à considérer avec précaution.
  • L’élargissement à 4 milles de la zone d’interdiction d’Imrali Adasi, a placé Zeytinbagi dans une position stratégique, sur la route pour gagner Istanbul depuis Kapidag ou Bandirma.
  • Depuis Bandirma, si l’on veut gagner directement les îles du prince, à 10 milles d’Istanbul, il faudra parcourir 60 milles en contournant la zone d’interdiction par le NW, en navigant face au vent dominant. Route se rapprochant de la zone où ces vents se renforcent...
    • Une alternative à cette route en faisant un arrêt à Esenkoy, on parcourra 51 milles, avec une bonne escale. il restera à faire 17 milles pour les îles du Prince
  • Ce qui rend pratiquement incontournable le contournement de la zone d’Imrali par le sud, avec la possibilité de couper des étapes :
    • de Bandirma à Kumsulu : 16 milles
    • de Kumsulu on peut gagner directement Esenkoy, en contournant la zone d’interdiction par son SE et en laissant le cap Bozburun à l’Est. On parcourra alors 23 + 9 = 32 milles, et on se trouvera alors à 17 milles des Iles du Prince.
    • L’autre solution plus tranquille, sera de gagner Zeytinbagi, depuis Kumsulu : 22 milles face au vent, mais le vent est généralement faible ici.
    • Depuis Zeytinbagi, on pourra gagner la baie de Gemlik si l’on souhaite, ou ; directement Esenkoy par le cap Bozburun, soit 8 + 9 = 17 milles...

 

  • Toutes ces option si l’on fait route vers Istanbul, ce qui est recommandé, car on y trouvera des vents plus maniables qu’au nord de la Mer de Marmara.
  • Si l’on souhaite revenir du Bosphore, vers les Dardanelles on utilise généralement la route nord, ou vent puissant et courants se conjuguent pour raccourcir le temps de navigation... Mais on peut aussi prendre la route sud, et là, en allure portantes, on se posera moins de problèmes
  • Note sur la zone d’interdiction formelle de navigation à moins de 4 milles d’Imrali... Cette île est une prison, ou est incarcéré Öcalan, le leader du parti kurde PKK... Inutile de dire que les gardiens turcs ne plaisantent pas. En 2011, alors que nous ne savions pas que la zone d’exclusion avait été étendue de 3 à 4 milles, nous avons été interpellés à la VHF, avec une injonction autoritaire de modifier notre route. ce que nous avons fait mollement... 10 minutes plus tard on voyait arriver une vedette rapide très armée... et là, il valait mieux suivre leurs recommandations... Ceci dit, çà s’est très bien passé, ils ont été courtois, mais.... fermes !!!

Zeytinbagi

  • Vieille ville grecque, dont la population a été échangée avec des turcs de Crète et de Lesbos... Turcs grécisés sur ces îles depuis plusieurs siècles... Au résultat, on continue à parler grec dans ce village. Parlé, pratiqué par des turcs déracinés de... Crète, et de Lesbos... ce qui n’est pas un paradoxe, ni exceptionnel...
  • Par meltem bien établi, soufflant de NE, le port devient rapidement rouleur et inconfortable. La partie la mieux sécurisée, à l’intérieur du môle NE, maintenant équipée de pendilles, mais semble réservée aux locaux...
  • Sur des informations récentes, les bateaux de passage seraient logés sur le quai ouest, sans eau et sans électricité.
  • Dans ces conditions, mieux vaut laisser du monde à bord, si l’on souhaite visiter le village, village plein de charme...

Ambiance

  • A un peu plus d’une heure d’Istanbul, par les catamaran NGV, ce vestige culturel sauvegardé de la culture byzantine, bien intégrée par des ottomans éclairés... connait un succès touristique préservé... Préservé du tourisme de masse, il y a ici de la tenue... De la tenue et de l’ambiance... Ambiance de fête, on ne s’ennuie pas, et le cadre s’y prête...
    Le vieux village grec, protégé dans une ambiance ottomane {JPEG}Symbole de tolérance, la basilique byzantine et le minaret ottoman {JPEG}Balcons ottomans {JPEG}la tradition ottomane {JPEG}Le port, et les passes exposées aux ressac des vents de NE {JPEG}

Clearance

  • Rien ici, il faudra aller à Bandirma, et pas certain qu’ils soient bien équipés pour recevoir des plaisanciers. On aura le même problème avec Istanbul.Une autre solution est de d’aller à Canakkale, mais çà commence à faire loin...

Général

  • Paradoxalement, peu de possibilités d’avitaillement ici.. On a manifestement plus l’habitude d’aller au restaurant, que de préparer la cuisine... Mais quelle ambiance !!!...
  • On doit pouvoir se faire livrer du carburant sur le port
  • Vous pourrez faire un large aprovisionnement d’huile d’olive... C’est le pays... A noter qu’il s’agit de savoir faire grec... Élever, cultiver, entretenir des oliviers centenaires, est bien au delà de la patience très limitées et coutumière des nomades ottomans !!! Ils s’y mettent quand même. mais c’est tout récent...

Michel, Laorana, janvier 2014

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

3 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 14 juillet 2014 09:18, par robru écrire     UP  image

    bonjour
    merci pour ces renseignements
    je suis passé à zeitinbagi
    j’ai aimé le village
    je me suis mis au fond à l’ouest
    le soir le vent d’est est rentré 20 nœuds, j’ai dérapé, j’ai pu amarrer sur le quai sud along side
    heureusement j’étais au resto en face
    j’ai payé 100 TL pour 2 jours pas d’eau ni edf
    je suis allé chercher du gasoil a la station avec des jerricans (avec l’aide d’un pêcheur qui m’a amené en voiture)

    Répondre à ce message

    • 15 juillet 2014 03:06, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      le soir le vent d’est est rentré 20 nœuds

      Bonjour
      Merci de ces précisions. Cette année la météo est très particulière, avec des vents de secteur Est. Que ce soit de SE ou NE, les vents suivront la côte, et effectivement, la solution est de se mettre alongside...
      J’avais eu l’impression, en y passant, que les responsables du port accordaient plus d’importance, à leurs usagers habituels qu’à ceux de passage, ce qui est exceptionnel en Mer de Marmara... Mais, bon, il faut se méfier de ses impressions

      Michel à Bozcaada

      Répondre à ce message

      • 15 juillet 2014 03:15, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        je me suis mis au fond à l’ouest

        EDIT : c’est marrant en revérifiant mes photos (celle du diaporama, la plus à droite), on voit Laorana, au quai W... Comme vous deviez l’être. On se rend compte également de l’influence de la topographie, avec ces hautes falaises, qui rabattent, orientent et accélèrent les vents de secteur Est...
        C’est vraiment caractéristique des conditions de navigation dans cette région

        Michel

        Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales