image
image
image

Votre IP : 54.196.98.96
Dernier ajout : 21 août
Visiteurs connectés : 21

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Mouillages et ports > Mouillages et ports en Mer de Marmara > Côte turque, Mer de Marmara-sud, Marmara Limani

Rubrique : Mouillages et ports en Mer de Marmara

__________________________________________________________________________________________________________________

Côte turque, Mer de Marmara-sud, Marmara LimaniVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Novembre 2013, (màj Novembre 2013) par : Collectif Salacia   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Cet article est géolocalisé.

Turquie, Mer de Marmara-sud, Marmara Limani

Imray-Rod-Heikell / Turquie/Mer de Marmara

Edition française 2001
Edition anglaise 2013
http://www.4-oceans.com/guide-imray...
http://www.imray.com/Publications/I...

  • Pas d’erreurs.
  • Lacune de mise à jour :
    • Edition 2001 : obsolète
    • Edition 2013 : Lacunes d’affichage du balisage
    • Tous les feux de la côte turque sont équipés de balises AtoN (transpondeurs AIS)

Approche

  • Conditions de navigation généralement rencontrées en été
  • Claire
  • AtoN : les identifications des transpondeurs AIS des deux feux d’entrée du port et celui (qui est traité ici) du phare d’atterrissage du cap Aba Burnu.
  • C’est une des région où les fonds ont bougé après le tremblement de terre d’Izmit en 1999. La cartographie est à considérer avec précaution.
     

Le port de Marmara Limani

  • Toute la partie intérieure du môle SW est occupée par de grands chalutiers. On peut trouver quelques fois, des places libres alongside, à l’extrémité SE du môle
  • Le quai Ouest est occupé par des chalutiers, amarres arrières à quai, sans qu’ils aient mouillés d’ancres. Ils tiennent bien ainsi, on peut ainsi mouiller à leur étrave,, et venir arrière au quai nord sans problème.
  • On mouille dans peu d’eau (2 à 3 mètres), où les responsables du port l’indiquent. Ils vous assisteront à l’amarrage.
  • Les fonds ne sont pas de très bonne tenue, et il est possible que vous ayez à mouiller un peu au vent qui vous prendra par le travers (E/NE ici)

Ambiance

  • Très contrastée, venant de la mer. On découvre d’abord un port de pêche très encombré et actif
Les passes d'entrée, à gauche le quai SW et les chalutiers, à droite l'épi SE et les coastguards Depuis le môle SW, et ses chalutiers, masquant le quai d'accueil à l'opposé Le quai d'accueil des bateaux de passage (partie blanche)
  • Puis très vite, on se rend compte que l’on est le bienvenu. On mouille sur ancre (les chalutiers du quai Ouest ne mouillent pas à l’avant, laissant de l’eau libre), arrière au quai, ou l’on trouve plus de 2 m d’eau, le cul sur le quai du bistrot de la coopérative des pêcheurs...
Paré à mouiller, à droite les chalutiers qu quai W, amarrés sans ancre On est arrière au quai, sur son ancre Le bateau, vu depuis le bistrot de la coopérative des pêcheurs
  • Exposé au courant, et au môle NW qui le rabote, le port est vite pollué
  • De nombreuses méduses ( juin/juillet 2009, juillet 2011)
  • Le remblais, réputé pour ses bars et restaurants s’anime sans excès, d’une clientèle touristique turque familiale et bon enfant...
  • La ville est active, et prospère, On y trouve de nombreux métiers centrés sur la pêche, et les chantiers, mais aussi l’agriculture, avec les oliveraies. L’huile de cette île est réputée, Et bien sûr les retombées économiques de l’extraction du marbre sur l’autre côté de l’île.

 

Clearance

  • Rien ici, seul port d’entrée proche : Bandirma. Pas certain qu’ils soient bien équipés pour recevoir des plaisancier. On aura le même problème avec Istanbul.Une autre solution est de d’aller à Cannakale...

Général

  • On trouvera de l’eau et de l’électricité au quai
  • Toutes facilités d’avitaillement en toute proximité
  • Nombreux bars et restaurants sympas sur le remblai. Il faut y déguster leur spécialité : les moules fracies.
  • Les toilettes et les douches sont malcommodes.
  • On peut faire du carburant au petit môle entre l’épi des coastguards, et les chantiers sur la cale. On peut aussi refaire un plein avec des bidons, la station est toute proche
  • Pas de Wifi (2009 et 2011), mais probablement une 3G performante. Le café Internet se trouve à environ 500 m sur le remblai.
  • Il doit être possible de se dépanner avec les nombreux chantiers actifs sur la cale
  • C’est le point de départ idéal, pour laisser le bateau en sécurité et visiter l’île
  • Prendre un thé au cul de son bateau, attablé à l’ombre des frondaisons du bistrot des pêcheurs, est un must incomparable...
JPEG - 163.9 ko
Coopérative des pêcheurs, le bistrot sous les frondaisons

 
Michel, Laorana novembre 2013

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales