image
image
image

Votre IP : 54.226.33.117
Dernier ajout : 20 février
Visiteurs connectés : 17

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Mouillages et ports > Mouillages et ports en Mer de Marmara > Côte turque, Mer de Marmara-Est, Kalamis/Fenerbahçe

Rubrique : Mouillages et ports en Mer de Marmara

__________________________________________________________________________________________________________________

Côte turque, Mer de Marmara-Est, Kalamis/FenerbahçeVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Janvier 2014, (màj Janvier 2014) par : Collectif Salacia   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Cet article est géolocalisé.

Turquie, Mer de Marmara-Est, Kalamis/Fenerbahçe

Imray-Rod-Heikell / Turquie/Mer de Marmara/Kalamis-Fenerbahçe

Edition française 2001
Edition anglaise 2013
http://www.4-oceans.com/guide-imray...
http://www.imray.com/Publications/I...

  • Pas d’erreurs.
  • Lacune de mise à jour :
    • Edition 2001 : obsolète
    • Edition 2013 : incomplète
    • Tous les feux de la côte turque sont équipés de balises AtoN (transpondeurs AIS)

Approche

  • L’approche est claire, mais il faudra gérer le trafic intense et les rails de circulation vers le Bosphore
  • En approchant du Bosphore, on découvrira aussi le courants...
  • Il est possible de mouiller sur ancre au NE des passes de Kalamis, en se serrant à l’Est, dans 2 à 3 m d’eau... Ca m’a toujours semblé un peu scabreux

Kalamis et Fernerbahçe

  • Mega marinas jumelles sur la rive anatolienne, à l’embouchure sud du Bosphore
  • Gestion unique par SETUR Marinas, Kalamis est plutôt dédié aux bateaux à moteurs, et Fenerbahçe aux voiliers, ce qui aura de l’influence sur l’ambiance des bassins...
  • Archi bondé, on aura du mal à trouver de place. En fait, seule la proximité d’Istanbul peut inciter à y relâcher
  • Les locaux ont tendance à privilégier Pendik, tout proche, pour le petit entretien et les chantiers de la baie d’Izmit pour les travaux lourds

Kalamis

  • On peut trouver un peu de place, en mouillage forain dans la baie au nord des passes.
  • Appel sur le 72 (comme pour Fenerbahçe), mais on ne vous répondra pas fatalement immédiatement. On a quelques fois l’impression désagréable, que tout se règle entre amis sur le téléphone portable...
  • La station de carburant (pour les deux marinas) est immédiatement à gauche
  • Mettez vous où on vous le dira... mais il faudra peut être patienter
  • Sans être sale, le port difficile à entretenir, peu de toilettes, peu de sanitaires.
  • La mise à terre des deux marinas, se fait ici
Kalamis : pour ce qui fonctionne au moteur...

Fenrbahçe

  • Ambiance plus décontractée, axée voile. Beaucoup de régatiers, équipés de voiliers performants
  • Le bassin est bordé au sud du club sportif de Fénerbahçe, ce qui rajeuni sérieusement l’ambiance et insuffle de l’air frais...
  • Par contre on sera loin de tout : toilettes, commodités, services techniques, approvisionnement...
  • On peut sortir du complexe à pieds, et pour visiter la Corne d’Or, prendre un dolmus (taxi collectif) pour gagner Haydarpasa et ses stations de feries... De là un petit “Vapur” vous fera traverser le Bosphore, dans une ambiance de feu, pour gagner le pont de Galata

Ambiance

  • Le groupe de marinas, bien qu’encore en Mer de Marmara, est totalement immergé d’ans l’ambiance stambouliote. Il y a beaucoup d’argent à Istanbul, et il y a peu de marina... Ça se ressent.
  • crédit photo : Setur Marina Kalamis

 
en arrière plan Kadiköy sur la rive anatolienne {JPEG}Fenerbahçe {JPEG}Kalamis, la station de carburant {JPEG}Kalamis... ça en jette un peu... Vous êtes à istanbul !!! {JPEG}Fenerbaçhe, môle ouest, un visteur connu... {JPEG}

Clearance

  • En principe, rien ici, il faut aller de l’autre côté du Bosphore sur Karaköy, équipé pour recevoir des paquebots et leurs 3.000 passagers
  • Il faudra escalader un quai rugueux de 2 m de hauts, et selon toute vraisemblance, on vous jettera de pierres en vous disant : dégages miséreux, on attend un ferry...
  • Bien que ne l’ayant pas expérimenté, je suis persuadé que les autorités de Kalamis/Fenerbahçe, trouveront une solution à votre problème, vraisemblablement une agence en douane, et ça vous coutera bombons...
    • si vous venez de Mer Egée, il faudra anticiper ces problèmes, soit à Ayvalik, soit à Canakkale, où les autorités sont devenues conciliantes (2012)
    • si vous venez de Mer Noire, depuis la Roumanie, la Bulgarie ou l’Ukraine, vous n’aurez pas d’autres solutions, qu’un arrêt à Istanbul, sauf à sauter l’étape, et à gagner directement Cannakale, quitte à revenir, en règle visiter Istanbul.

Général

  • Tout le confort, toutes les facilités d’une grande marina moderne, ici, mais... l’impression désagréable d’être dans un autre monde, et certainement pas celui raffiné de l’ancien empire ottoman... pour çà, il faut aller à Istanbul et laisser le bateau quelque part... ici, par exemple !!!
  • Avec Atakoy, situé, en face sur la rive européenne, c’est aussi une solution pour récupérer des équipiers, atterrissant à l’aéroport pincipal : Ataturk airport.
  • Ce sera plus facile, si ces équipiers débarquent dans le deuxième aéroport : Sabiha Gökçen, tout proche. Mais là ce sera encore plus facile depuis Pendik, situé à 5 km de l’aéroport...

Michel, Laorana, janvier 2014

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales