image
image
image

Votre IP : 54.82.73.21
Dernier ajout : 17 novembre
Visiteurs connectés : 23

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Mouillages et ports > Mouillages et ports en Mer de Marmara > Côte turque, Mer de Marmara-Est, Iles des princes

Rubrique : Mouillages et ports en Mer de Marmara

__________________________________________________________________________________________________________________

Côte turque, Mer de Marmara-Est, Iles des princesVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Janvier 2014, (màj Janvier 2014) par : Collectif Salacia   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail {#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Cet article est géolocalisé.

Turquie, Mer de Marmara-Est, Iles des princes

Imray-Rod-Heikell / Turquie/Mer de Marmara/Iles des princes

Edition française 2001
Edition anglaise 2013
http://www.4-oceans.com/guide-imray...
http://www.imray.com/Publications/I...

  • Pas d’erreurs.
  • Lacune de mise à jour :
    • Edition 2001 : obsolète
    • Edition 2013 : Description sommaire,mais complète
    • Tous les feux de la côte turque sont équipés de balises AtoN (transpondeurs AIS)

Approche

  • Groupe de 6 îles, à moins de 5 milles du débouché du Bosphore sur la mer de Marmara
  • Si la navigation ne pose pas de problème particulier, elle se soigne
    • De nombreux hauts fonds frangent, les îles et les détroits
    • Au nord de Buyukada, le banc de Buyukada banki sera à déborder très largement. il est balisé d’une cardinale nord
    • A la hauteur de Kinaliada et sur la côte anatolienne, les hauts fonds dangereux de Maltepe Banki sont à parer très largement dans le Sud Ouest. ils sont bien balisés
  • Conséquence du séïsme de 1999, les fonds ont bougé, et la plus part des cartes manquent de précision. Sivriada, la plus occidentale des îles , n’est qu’à un mille de la Faille Nord Anatolienne. Il est grandement recommandé de se procurer des cartes à jour
  • La circulation intense vers, ou depuis le Bosphore, le trafic incessant des ferries reliant Istanbul et les îles, les dizaines de cargos au mouillage en attente d’embouquer le détroit, et les très nombreux plaisanciers, dont beaucoup motorisés, compliqueront singulièrement la navigation. Une grande attention à la veille visuelle est recommandée
  • Enfin, hors saison, la présence de courants froids en provenance de la Mer Noire, provoque des brouillard fréquents...

Buyukada

  • La plus orientale, et la plus grande des îles (Buyuk = “grande”, et ada est la contraction de adasi = “île”).
  • Elle n’offre aucun port sécurisé.
  • On trouvera des mouillages de beau temps :
    • Tout au nord, Anadolu Köyu ; en veillant aux hauts fonds de cette zone. Le petit port au NE, est inaccessible pour nous, et de toute façon exposé en grand au vent dominant
    • Sur la côte Ouest, au milieu de l’île, Yörükali, offrait un abri raisonnable du Meltem (NE ici), c’est fini avec l’implantation d’un village de vacance qui a confisqué la plage...
  • Très fréquentée, grâce aux navettes de ferries, l’île est interdite à la circulation automobile.

Heybeliada

  • L’île comporte un petit port, très difficile d’accès : Su Iskelesi (Su= “eau”, et Iskelesi = “débarcadère”)
    • Su Iskelesi : inabordable, c’est une ronde incessante de ferries, de bateaux taxis, de bateau d’excursion... Le joli petit port au SE, est réservé à l’académie de marine...
    • Cam Liman : est un joyau, mais, très couru des stambouliotes. Si en semaine, on arrive a s’y loger, le weekend est un grand moment d’émotion... Il faut se tasser
  • Dans Cam Liman
    • On mouille sur ancre dans de fonds de 5 à 10 mètres, en prenant garde à la remontée brutale des fonds passé la ligne des 5 mètres
    • Il faut préférer la rive occidentale, l’opposée étant polluée dans la journée par un bar de plage. le soir ça se calme.
    • C’est l’endroit idéal pour partir au lever du jour vers le Bosphore et arriver juste à l’aube, quand le soleil embrase la Mosquée Bleu, Sainte Sophie et Top Kapi... Phénoménal...

Kinaliada et Burgazada

  • Kinaliada : La plus nord des îles, offre peu de possibilités de mouillage :
    • Au NE un petit port récent, non cité par Rod Heikell, très encombré, présentant peu d’eau. c’est probablement un port privé
    • Au SW de l’île, une petite baie offrant un abri par meltem très modéré
    • Tout à l’Est et au milieu, l’embarcadère des ferries, et un petit port de barque inutilisable pour nous voiliers
    • Enfin, au Sud-Est, entre un terrain de foot et un débarcadère de cargos, on trouvera de bonnes profondeurs, par beau temps exclusivement. On est ici en zone de câbles sousmarins, il faudra vérifier la faisabilité du mouillage
  • Burgazada : dans l’ouest proche de Heybeliada, offre peu de possibilité de mouillage.
    • La jetée du port est prise continuellement, et en particulier par les ferries
    • Le mouillage mal protégé du NE, au sud du port, très encombré, est à pratiquer uniquement par beau temps.
    • Il faudra veiller aussi aux nombreux câbles sous-marins...
    • En face, sur la petite île de Kasik, un petit port nouveau, signalé par personne...

 

Yassiada et Sivriada

  • On est là dans le domaine des îles martyrs. très endommagées par le séisme de 1999, désertées, elles n’ont jamais été reconstruites. Il est vrai qu’en regardant la carte, elle se situent vraiment au bord du précipice, à moins de un mille de la Faille Nord Anatolienne
  • Yassida : elle était habitée, et l’on peut encore voir les vestiges de grands immeubles, tous ruinés, tous abandonnés... C’est lugubre et poignant... Un petit môle permet l’accostage d’un bateau, sans savoir si le débarquement est autorisé...
  • Sivriada : elle, n’était pas habité. Un petit port, délabré et ruiné en partie, permet un refuge convenable par meltem tolérant.
    • le môle Est, empierré est inabordable, le môle Est est exposé au vent... Je n’est pas testé les fonds, mais, l’impression n’était pas bonne
  • Quelques pêcheurs ravaudent leurs filets, sur l’unique petit bout de quai au NW

Ambiance

  • On est trop proche d’Istanbul, pour ne pas en ressentir les effets... Raffinement, ces îles sont pour les stambouliotes, le lieu leur permettant de respirer un peu... ils en profitent pour faire la fête, et tout tourne autour du seul moyen de communication : les bateaux :
    Cam Liman en semaine.... calme !!!! {JPEG}Cam Liman le weekend.... Chaud, chaud, chaud... {JPEG}Surbooké... on vous le dit... tasse toujours !!! {JPEG}Les fameux « MAVNI » bateaux de travail... Celui se nomme Beyaz Gul : « la rose blanche »...si, si... {JPEG}Le fameux « Savarona », dans son écrin, sur le Bosphore {JPEG}

 

  • Mais aussi ces petits ferries croquignolets qui desservent, en omnibus, tout le Bosphore. Dans la mêlée indescriptible du trafic entre le Haydarpasa et la Corne d’Or...ils se tiennent à leur place. Quoique griller une place au freinage ne les effraie pas de trop... On les appelle les “Vapur”, prononcez : « Vapour »... alors quand ils peuvent un peu régater en eau libre, ils ne s’en privent pas... Là, celui ci, le “Pasabahçe”, c’est son nom, signifiant : “le jardin du Pacha”, décide de nous régater... Puis zut, il avait oublié il avait des clients à dépoter (à Burgazada)... bon çà fait rien, dix minutes plus tard, il vient nous marquer à la culotte, et hop ... il nous saute au vent...
    Pasabahçe se déroute, il a des cleints à dépotter {JPEG}Pasabahçe dépotte ses clients... fissa, fissa !!! {JPEG}Hé Hop... c'est reparti, Pasabahçe va nous sauter !!! {JPEG}Et voilà, Pasabahçe, nous a montré qui était le patron... {JPEG}Voilà... maintenant il peut lever un peu le pied !!! {JPEG}

Clearance

  • Rien ici, il faut aller à Istanbul, sur le quai de Karaköy... et c’est pratiquement infaisable... En cas de problème le mieux sera certainement de demander conseil dans une des marinas de l’embouchure du Bosphore : Kalamis, Fenrbahçe et Ataköy...

Général

  • Aucun approvisionnement ici
  • Pas d’eau, pas de carburant
  • C’est juste un peu de repos avant d’aborder la fureur du Bosphore
  • A droite, Sainte Sophie en majesté. La photo n’est pas très bonne, prise au zoom depuis un “Vapur”, mais l’attitude de cet équipage de régatiers, est parlante : devant un tel spectacle, les bras vous en tombe
Sainte Sophie en Majestée... Corne d'Or 2009

Michel, Laorana, janvier 2014

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

1 Message

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales