image
image
image

Votre IP : 35.175.248.25
Dernier ajout : 22 mai
Visiteurs connectés : 23

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Au mouillage -forum- > Comment mon corps mort a reculé de 4 m (rafales 80 km/h)

Rubrique : Au mouillage -forum-

__________________________________________________________________________________________________________________

Comment mon corps mort a reculé de 4 m (rafales 80 km/h)Version imprimable de cet article Version imprimable

Publié Septembre 2014, (màj Septembre 2014) par : Basile   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

J’ai subi la tempête de 99 en Bretagne, et les tempêtes successives de cet hiver, sans soucis. Et voilà que dans la nuit du 10 août, le sémaphore du Raz ayant relevé des rafales à seulement 80 km/h, et alors que j’avais au maximum 3 m d’eau, mon corps mort a reculé de 4 m.

J’ai 2 corps morts en hiver, mais en été, pour quitter le mouillage plus facilement, j’en largue un. N’ayant pas prévu de sorties pendant quelques jours, j’avais remis le deuxième en sécurité, mais lâche. Remis surtout pour ne pas que le bout se salisse dans la vase. Et cette nuit du 10 août, le seul en service a glissé jusqu’à ce que l’autre entre en action.

Le corps mort en cause, créé par le précédent usager de cette place, est un bloc béton de 60 kg, de section 30 x 30 cm, en forme d’ancre, tirant lui-même sur une ancre plate premier prix de 5 kg au bout de 4 m de chaîne, le tout enfoui dans le sable. Corps mort et ancre sont sortis du sable est y on laissé leur trace sur 4 m.

Après enquête, j’ai constaté que je n’avais que 6 m de chaîne sur ce corps mort auxiliaire, et ce pour 3 m d’eau maxi (soit 4 m du fond au davier).

Bon, je sais, d’après le tableau d’Alain Fraysse…

Néanmoins, je veux bien que la chaîne, vu sa faible longueur, n’ait pas tiré le bloc à l’horizontal, et a eu tendance à le soulager. Mais pas au point de le soulever. Donc l’ancre 5 kg en sécurité 4 m plus loin a toujours été « tirée » à l’horizontale. Cependant, elle a glissé.

Explication possible :

1) des pécheurs à la recherche de vers ont déterrés partiellement corps mort et ancre..
2) La plus plausible : le bloc, en forme soi-disant « étudiée » d’ancre (pour ne pas chasser), n’a en fait pas la forme idéale, car sa forme non homogène ne permet pas l’effet ventouse.

A partir du moment où le bloc est sorti du sable, il est devenu inopérant. Et il est sorti car sa forme tarabiscotée ne permettait pas l’effet ventouse d’un corps mort classique circulaire (pneu) dont la force est phénoménale.

Je l’ai constaté en déplaçant une roue de 120 kg les jours suivants. Je suis d’habitude capable de la mettre sur la tranche avec une barre à mine si j’ai creusé autour. Mais cette fois, à deux, au maximum de nos forces, c’est la barre qui commençait à plier, tout simplement parce que la roue était encore dans l’eau.

J’ai donc viré le bloc savamment « étudié » pour y mettre ma bonne vielle roue qui ne m’a jamais lâchée.

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

6 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • le schéma du mouillage

    JPEG

    Répondre à ce message

    • Dans une référence fréquemment citée (Chapman’s Piloting and Seamanship) on trouve les recommandations suivantes :

      • Chaîne lourde : 1,5 fois la sonde
      • Chaîne légère : 1 fois la sonde
      • Bout d’amarrage sur bouée : 2,5 fois la hauteur flottaison-chaumard.

      Dans votre cas, ça donnerait (3,25 m de sonde et 0,75 m de franc-bord) : 4,875 + 3,25 + 1,875 = 10 m !

      Votre amarrage semble court...

      Par ailleurs un corps-mort en béton de 60 kg ne « pèse » que 32 kg dans l’eau (hors effet de succion).

      Quel est le type de votre bateau ?

      Répondre à ce message

      • c’est un 7.70 m, 2.5 tonnes.

        ce qui est frappant, c’est que j’avais fait de même les autres années, ne laisser que le corps mort auxiliaire en fonction. Avec peut-être il est vrai, 1 m de bout en plus. Peut-être qu’aussi, il y avait les autres années, de 50 cm à 1 m de chaîne en plus, retiré cette année pour cause d’usure.

        Pour le corps mort principal, là c’est du gros et du long. La chaîne, passé 5 à 6 m depuis le bateau, reste enfouie sous le sable, preuve qu’il y a de la marge.

        Répondre à ce message

  • Le concept marche, je l’ai utilisé à Mayotte sur plusieurs mouillages. Si je prends mon cas, bateau de 12 m et 10 tonnes, j’avais fabriqué un corps mort rectangulaire (je m’étais servi de l’arrière de ma Mehari comme coffrage) d’environ 250 kg et j’avais attaché mon annexe au dessus pour le déposer à la rame au bon endroit. Puis un copain avait fixé en plongée à l’anneau principal 10 m de chaine et une ancre de 25 kg. L’objectif était d’éviter que le corps mort bouge trop le temps qu’il fasse sa souille, le fond étant de sable vasard. Ca a tenu 4 ans avec des vents et du clapot souvent forts, le mouillage étant ouvert au nord. Je crois que la seule forme correcte d’un corps mort est un fond plat ou plutôt légérement ventouse (ce que j’avais fait). Dans ton cas, il me semble que le problème est lié à une forme non correcte du corps mort et des poids insuffisant du corps mort, mais surtout de l’ancre. En effet, si le corps mort se soulève légèrement, ce qui a dû arriver, une ancre de 5 kg, même si elle tire quasiment horizontalement, ne freine pas suffisament. J’aurais mis une 10 kg. Mais au fond, malgré tout, ton systéme a tenu !

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales